Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

RDC : le MLC signe l'accord du 31 décembre

RDC : le MLC signe l'accord du 31 décembre

Crise en RDC

Le mouvement de libération du Congo a signé ce samedi l’accord de sortie de crise en RDC conclu sous l‘égide de la conférence nationale épiscopale du Congo.

C’est Eve Bazaiba, secrétaire générale du MLC et deux autres membres de sa mouvance qui ont paraphé ce document.

Il a fallu donc attendre 14 jours après la conclusion de cet accord pour voir le parti de Jean-Pierre Bemba rejoindre la liste des formations qui ont apposé leurs signatures au bas de ce document. ‘‘Le MLC et ses alliés voulaient obtenir de garanties de bonne exécution de l’accord et nous les avons obtenues’‘, a fait savoir Eve Bazaiba, sa secrétaire générale.

Plusieurs autres entités tardent à approuver l’accord du 31 décembre. Privant ainsi à ce document un caractère inclusif. Le président de la Cenco se veut rassurant, ‘‘avec la signature du MLC, nous tendons vers l’inclusivité’‘ a déclaré Monseigneur Marcel Utembi. L‘évêque a par ailleurs souligné que les délégués nommés au gouvernement qui n’ont pas encore signé le texte ‘‘se sont déclarés ouvert à l’inclusivité’‘.

L’ONU a lancé de son côté un appel en faveur de l’application rapide de l’accord du 31 décembre, ‘‘en vue de la préparation des élections’‘, a déclaré Saïde Djinnit, l’envoyé spécial du secrétaire général de l’ONU dans la région des grands lacs.

La Cenco négocie depuis mercredi avec les différentes parties, le calendrier de la mise en route de l’accord de la saint-sylvestre. Les évêques continuent ainsi de proposer leurs bons offices afin de créer les conditions d’une transition pacifique en RDC. Le maintien au pouvoir du président Joseph Kabila au pouvoir malgré la fin de son deuxième et dernier mandat le 20 décembre a plongé le pays dans un crise avec à la clef un risque de violence manifeste.

L’initiative de l‘Église catholique a permis de maintenir un espoir d’une sortie de crise. Mais encore vaudra-t-il que des nouvelles pommes de discorde ne viennent pas saper l’accord obtenu au forceps.
Vendredi, les évêques catholiques ont déjà exprimé leur inquiétude concernant ‘‘le retard pris dans l’exécution des mesures de libération des prisonniers politiques’‘.