Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

This is Culture

this-is-culture

Les descendants d'esclaves en pèlerinage vaudou au Bénin

Les descendants d'esclaves en pèlerinage vaudou au Bénin

Bénin

Chaque année, le 10 Janvier, des milliers d’initiés vaudou célèbrent au Bénin les quatre divinités de la nature: l’air, le feu, l’eau et la terre. Venus d’Afrique, des Antilles, d’Europe ou des Etats-Unis, c’est sur la plage de la Porte du non-retour à Ouidah que les adeptes du culte se recueillent.

Plage de la porte u non-retour à Ouidah au Bénin, sont rassemblés comme chaque année, les adeptes du vaudou.

Badigeonnés de farine de manioc mélangé à de l’eau, un esprit vaudou s’est emparé de ces corps jaunes en transe. Selon la croyance vaudou, la divinité de la terre pénètre ces initiés pendant quelque minutes avant de subitement les quitter. Pour la fête nationale du vaudou au Bénin, tous les ancêtres et les esprits de la nature sont célébrés.

Diego Narcisse Stanislas est initié au culte Vaudou

Tout africain est né vaudou. C’est pour cela que quand nos ancêtres, nos parents, nos grands-parents ont été ammenés en esclavage, leurs esprits retournent chez nous ici.

Pendant près de six siècles quatre officiellement, des millions d’esclaves ont emprunté cette route, qui traverse la lagune. Cinq millions, selon certains. Dix millions, affirment les autres. Personne ne sait véritablement.

Malgré ses nombreuses ramifications aux Antilles, au Brésil et aux Etats-Unis, Ouidah reste le berceau du vaudou. Naba accompagne un groupe d’initiés venus de Chicago, pour un voyage spirituel sur les traces de leurs ancêtres. Ici, sont célébrées l’air, le feu, l’eau et la terre ; les quatre divinités de la nature.

C’est à partir de Ouidah que le vaudou s’est retrouvé partout dans le monde entier. Il faut le reconnaitre, c’est quelque chose qu’il ne faut pas nier. Le vaudou c’est quoi? C’est la nature, les quatre éléments de la nature, les respecter et connaître et respecter leurs principes.“ Explique Naba Lamoussa, initié au culte vaudou.

Le vaudou est certes un culte ancestral, mais il n’a pas toujours eu bonne réputation. Accusé d’être de la sorcellerie, le vaudou a été réprimé pendant des décennies au Bénin, avant l’institution d’une fête nationale en 1993. La réalité semble bien loin des histoires racontées, comme le raconte Gail Hardison, touriste américaine .

Je voulais voir de mes yeux ce qu‘était vraiment le vaudou. Ici, c’est une religion nationale et il ne s’agit pas juste de planter des aiguilles dans une poupée ou de faire de la magie noire, cela va au delà de cette image négative. Les gens qui pratiquent le vaudou sont des gens adorables et très gentils.

Sur la plage, face à l’océan, les initiés continuent à communier avec les esprits et les aïeux partis de Ouidah pour disséminer le vaudou qui compte aujourd’hui près de 50 millions d’adeptes à travers le monde.
Les danses en pagne et les touristes armés d’appareils photo donnent des airs de folklore à la fête. Les discours politiques rappellent aussi que cette procession, qui a lieu le 10 janvier, est un moyen de flatter les quelque 20% de Béninois dits “animistes”.

Le vaudou, originaire du royaume de Dahomey (actuels Togo et Bénin), n’est pas précisément né à Ouidah. Mais c’est de là que ce culte de l’invisible et des esprits de la nature s’est exporté en Louisiane, au Brésil, en Haïti, pour compter aujourd’hui 50 millions de membres à travers le monde.

Voir plus