Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

This is Culture

this-is-culture

Kenya : un passionné redonne une nouvelle jeunesse aux disques vinyles

Kenya : un passionné redonne une nouvelle jeunesse aux disques vinyles

Kenya

James Rugami, Jimmy pour les intimes, a travaillé comme DJ entre les années 60 et les années 80 à Nairobi. Désormais à la retraite, Jimmy possède une imposante collection de 33 et de 45 tours qu’il propose à des mélomanes triés sur les volets au fond d’un marché de la capitale kényane.

« Je n’ai pas pu arrêter de collectionner des disques pour une raison simple, j’ai toujours été perturbé par la piraterie et j’ai toujours détesté tout ce qui n’est pas original. Je n’ai pu résister à l’envie d’acheter », explique-t-il.

Un petit air retro flotte dans cette discothèque qui semble avoir miraculeusement survécu aux révolutions de l’industrie musicale. Ici, pas de cassettes audio, de CD et autres trouvailles technologiques. « Comme vous pouvez le constater aujourd’hui, tous les magasins de musique sont fermés, fait-il en rangeant quelques disques. C’est à cause de la technologie que nous ne pouvons pas combattre parce que vous ne téléchargez que la musique d’Internet et que vous n’achetez plus ».

Je suis également d’actualité

La passion de Jimmy pour les vinyles a, dans un premier temps, suscité la méfiance de ses proches. Dès 1986, il dépensait presque toutes ses économies dans l’achat de ces disques déjà passés de mode à l‘époque. Après 30 ans, les quolibets ont cédé la place à une certaine admiration.

« J’ai été qualifié de fou par beaucoup de gens parce que je m’en tiens au vinyle. Certains reviennent même beaucoup plus tard et me disent: ‘’ Oh, je pense que tout ce que tu fais est cool. Les mêmes personnes qui ont dit: ‘‘Qu’est-ce qui ne va pas avec cet homme, pourquoi est-il en train de garder cette merde alors que nous allons de l’avant’‘, j’utilise aussi le numérique, donc je suis également d’actualité ».

L’exemple de Jimmy est singulier à Nairobi, une ville qui a pourtant vibré au rythme des musiques africaines des années 70 en majorité enrégistrées sur des disques microsillon couramment appelés vinyle.

Voir plus