Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Economie

business

Les monnaies africaines ont connu des fortunes diverses en 2016

Les monnaies africaines ont connu des fortunes diverses en 2016

économie africaine

De la chute du kwacha en Zambie attribuée à l’arrêt de la production minière à celle du naira au Nigeria due à une pénurie chronique de devises, plusieurs pays africains ont vu la valeur de leur monnaie se déprécier cette année, affectant leur croissance économique.

Le naira nigérian a chuté de 23 % par rapport au dollar en juin, après que la banque centrale a retiré sa monnaie pour atténuer les pénuries chroniques de devises qui étranglent la croissance dans la plus grande économie d’Afrique

“Nous allons avoir différentes sources d’afflux sur le marché, les sources autonomes, vous savez, les compagnies pétrolières, les banques elles-mêmes, la CBN étant le grand acteur que vous connaissez toutes les autres sources de devises, je veux dire dans ce nouveau cadre interbancaire qui a été répertorié comme qualifié pour jouer sur le marché. Nous allons voir beaucoup d’entre en jeu”, a expliqué Robert Omotunde, analyste spécialisé dans les investissements.

Après des décennies d’instabilité économique et politique, le gouverneur de la banque centrale de la Somalie préparait le pays à frapper sa première monnaie depuis les années 1980 pour aider à reconstruire une économie qui émerge dans un climat de chaos causé par les milices islamistes et claniques.

“Cette monnaie est factice. En fait, tous les billets en circulation sont faux, produits par des hommes d’affaires avides et la dernière impression légale d’argent qui a été faite par la banque centrale, c‘était en 1988-1989. Alors tout l’argent en circulation, tous les billets de banque en circulation sont faux maintenant”, a déclaré le gouverneur de la Banque centrale somalienne, Bashir Issa Ali.

Au Zimbabwe, une nouvelle monnaie a été introduite pour tenter de soulager une pénurie de dollars américains.

Les entreprises classiques se sont entendu dire qu’elles devaient accepter les bons comme une monnaie légale.

L‘économie du Zimbabwe est quasi exsangue depuis 2000 après la reforme agraire initiée par le pouvoir. L’impression désastreuse de la monnaie contribue aussi asphyxier une économie déjà en difficulté.