Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Présidentielle Gambienne : Poutine félicite Barrow, Hollande demande son investiture

Présidentielle Gambienne : Poutine félicite Barrow, Hollande demande son investiture

Gambie

Les carottes semblent cuites pour le président Yahya Jammeh. Le président russe aurait clarifié sa position dans la crise gambienne en félicitant Adama Barrow après sa victoire à la présidentielle du 1er décembre. D’un autre côté, c’est son homologue français, François Hollande demande l’installation « le plus vite possible » de M. Barrow.

Vladimir Poutine, qu’on disait dernier soutient de Yaya Jammeh, vient de tourner le dos à son ancien allié Gambien. Selon la BBC, il a félicité Adama Barrow et invite par la même occasion son homologue à développer les relations amicales et de coopération qui existent traditionnellement entre son pays et la Gambie.

Et comme si cela ne suffisait pas, François Hollande semble plus direct. À l’issue d’un entretien avec le président sénégalais Macky Sall, en visite d‘État à Paris, le président français a demandé l’installation « le plus vite possible » d’Adama Barrow. “Une élection a eu lieu en Gambie, ses résultats sont incontestables. Aucune transaction n’est possible sur ce sujet”, a insisté M. Hollande.

“Il y a une exigence à respecter la volonté souveraine du peuple gambien”, a renchéri son homologue sénégalais en soulignant la position “unanime” des pays de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (Cédéao) sur ce dossier.

“Je pense que l‘émissaire de la Cédéao, le président nigérian Muhammadu Buhari saura faire entendre raison au président gambien et que la transition pourra se faire sans heurt le 19 janvier prochain”, a ajouté M. Sall.

“Autrement nous serons dans l’obligation de faire appliquer les décisions souveraines” de la Cedeao, a souligné le président sénégalais. Ce dernier avait estimé en fin de semaine dernière qu’une intervention militaire en Gambie pour forcer M. Jammeh à céder le pouvoir ne pouvait être qu’un “ultime” recours.

Le président Yahya Jammeh avait initialement accepté sa défaite, mais il a fait un revirement en demande l’organisation de nouvelles élections en raison d’irrégularité. Mais la commission électorale s’inscrit en faux contre ces allégations indiquant qu’elles ne changeront rien au fait que Jammeh a perdu le pouvoir au profit de M. Barrow.

>>> LIRE AUSSI : Gambie : Yahya Jammeh va contester les résultats de l‘élection devant la Cour suprême

>>> LIRE AUSSI : Réunis au Nigéria, les chefs d‘états de la CEDEAO durcissent le ton contre Yahya Jammeh

Sans la Russie et Poutine, le président sortant gambien n’a plus ce bouclier pouvant empêcher au Conseil de sécurité saisi par le Sénégal de voter une éventuelle résolution.

Voir plus