Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Investi pour la présidentielle de 2018, Robert Mugabe appelle son parti à l'unité

Investi pour la présidentielle de 2018, Robert Mugabe appelle son parti à l'unité

Zimbabwe

Au pouvoir depuis 1980, Robert Mugabe a été investi comme candidat du parti au pouvoir, la Zanu PF pour l’ élections présidentielle de 2018. Il aura alors 94 ans.

Le congrès annuel du parti au pouvoir, la Zanu PF, débuté mardi, a pris fin avec l’investiture de Robert Mugabe samedi 17 décembre. Lors du congrès, le candidat Mugabe a tenu à rassembler ses partisans. « Nous nous sommes mis d’accord pour que les conflits cessent. Il faut rester fidèle à l’idéologie du parti. Nous ne devons pas régler nos problèmes par le biais de Facebook et Twitter », a déclaré le président zimbabwéen.
Depuis quelque temps, les tensions sont vives au sein du parti, certains membres allant même jusqu‘à se quereller sur les réseaux sociaux.

Mugabe qui est âgé de 92 ans n’a pas donné de successeur ni évoqué son possible départ en retraite.
Ce qui ravive la lutte pour sa succession au sein de son parti.
Dans cette guerre de clans, une figure retient l’attention : Grace Mugabe. Âgée de 51 ans, la première dame du Zimbabwe s’implique de plus en plus en politique. Elle n’a pas encore affiché publiquement ses ambitions politiques, mais lors d’un meeting des femmes du parti, elle a rappellé l’influence qu’elle exerce sur son époux.
“Je suis la femme du président, je suis déjà présidente (…) Je planifie et fait tout avec le président. » a t-elle déclaré.

Ces rivalités au sein du parti au pouvoir se déroulent dans un contexte socio-politique tendu pour le pays.
Le Zimbabwe peine toujours à sortir de la crise économique qui mine le pays depuis plusieurs années maintenant. Il y a quelques mois zimbabwéens sont descendus dans les rues pour protester contre le gouvernement du président Mugabe. La nouvelle monnaie a été lancée il y a quelques semaines pour pallier à la pénurie de liquidités, mais elle ne fait pas l’unanimité parmi les Zimbabwéens.

Voir plus