Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Economie

business

RDC : des coopératives d'orpailleurs pour contrôler les mines illégales

RDC : des coopératives d'orpailleurs pour contrôler les mines illégales

République démocratique du Congo

Faire signer des contrats de sous-traitance aux mineurs artisanaux pour lutter contre l’exploitation minière illégale en RDC. Il s’agit d’une idée des nouveaux propriétaires de la mine d’or de Mongbwalu dans le nord-est du pays.

L’initiative est la première du genre en République démocratique du Congo. Jean Claude Kanku, le directeur des opérations MGM, l’entreprise minière en question, explique que cette opération vise à s’adapter à la réalité du secteur en Ituri.

“Il n’y a pas de zones minières artisanales, ou ZAs, tel que stipulé par le code minier, donc ces activités ne sont pas, ne doivent pas être autorisées, mais nous sommes confrontés à une réalité du terrain où nous avons cette pression du fait de la présence des orpailleurs artisanaux, et notre approche est d‘être en mesure d’organiser une coopérative. C’est la seule façon de les maîtriser, de pouvoir leur donner des informations au niveau statistique, pour avoir une traçabilité de la production qui provient de la concession.”

L’entreprise s’attend à commencer à acheter de l’or à des mineurs artisanaux locaux dès le mois de janvier 2017. Une initiative qui n’est pas pour déplaire aux orpailleurs tels que Freddy Mgoyi.

“Si MGM peut accepter de les aider cette petite manière, surtout quand il s’agit d‘équipement, parce qu’ici nous travaillons avec nos mains, propose Freddy Mgoyi, un orpailleur. MGM fonctionne avec des machines appropriées. Si nous pouvons mettre un compteur ici avec un bon prix, les gens seront toujours d’accord parce que Les gens cherchent des moyens pour gagner leur vie. Les gens ne cherchent pas autre chose.”

MGM a estimé qu’il y avait environ 30.000 orpailleurs sur sa propriété. Certaines estimations placent ce chiffre à 100.000. L’initiative de la société emploierait, au maximum, 1.000 à 1.500 orpailleurs.

Voir plus