Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Sport

sport

Can féminine 2016 : les Nigérianes championnes d'Afrique bloquent le trophée pour réclamer leurs primes

Can féminine 2016 : les Nigérianes championnes d'Afrique bloquent le trophée pour réclamer leurs primes

Nigéria

Passée l’euphorie de la récente victoire à la Coupe d’Afrique féminine de football, les Nigérianes remettent sur la table la sempiternelle question des primes impayées. En siège dans leur hôtel à Abuja, la capitale fédérale du Nigeria, elles refusent de remettre le trophée à la fédération tant que leurs primes ne sont pas payées.

Pas de prime, pas de trophée. C’est le mot d’ordre lancé par le staff de l‘équipe féminine nigériane de football, victoirieuse de la compétition le samedi 3 décembre face aux Camerounaises.

Rentrées au Nigeria où elles ont été logées dans un hôtel à Abuja, les championnes d’Afrique – pour la 10e fois en 12 éditions – ont lancé un sit-in et refusent de quitter l’hôtel tant que leurs primes promises par la fédération nigériane de football (NFF) ne sont pas versées.

Elles exigent entre autres les primes de qualification à la CAN féminine 2016 ainsi que leurs bonus de victoires pour la compétition. A en croire les joueuses, les arriérés s‘élèvent à 7 millions de dollars. Certains joueuses réclament chacune 25 000 dollars.

Malgré des promesses de la fédération qui dit attendre un débloquement de fonds du gouvernement, les joueuses assurent de rester dans l’hôtel tant que leurs préoccupations ne seront pas prises en compte.

“Nous sommes fatiguées des mensonges et des fausses promesses de la NFF. Ils nous ont dit que nous serions payées avant le tournoi au Cameroun mais ce n’est jamais arrivé”, a déploré une joueuse, sous couvert d’anonymat, auprès de la BBC.

Au Nigeria, des conflits ont opposés ces dernières années la fédération aux équipes de football, masculine ou féminine. En 2004, l‘équipe A masculine avait elle aussi refusé de quitter son hôtel pour réclamer ses primes. C‘était au lendemain de son sacre continental.

Voir plus