Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Après la victoire d'Adama Barrow, les espoirs des Gambiens se font entendre

Après la victoire d'Adama Barrow, les espoirs des Gambiens se font entendre

Gambie

La Gambie, l’un des plus petits pays d’Afrique avec une population d’environ 2 millions d’habitants, est confrontée à de nombreux défis allant de l‘économique à l’humanitaire. Tout cela, malgré l’abondance des ressources naturelles disponibles dans ce pays. Après la victoire d’Adama barrow, les espoirs des Gambiens se font entendre

L’euphorie de la victoire d’Adama Barrow (au micro) étant retombée, nombreux sont les Gambiens qui réclament maintenant le changement. Non seulement en termes de gouvernance, mais aussi sur le plan économique, suite à l‘élection vendredi dernier de l’homme d’affaires de 51 ans, qui a mis fin au règne autoritaire de 22 ans de Yahya Jammeh.

Selon la Banque mondiale, entre 2013 et 2016, le PIB réel par habitant en Gambie a diminué d’environ 20 %, ce qui implique l’augmentation du niveau de la pauvreté.

Si le nouveau président fait de même et oublie sa mission, nous nous débarrasserons aussi de lui.

“J’espère un retour des grandes organisations comme le Commonwealth et je voudrais aussi que les expatriés Gambiens aient le courage de revenir, parce qu’ils étaient tout simplement effrayés. Maintenant qu’Adama Barrow a gagné, qu’ils viennent chez eux pour reconstruire le pays”, affirme une femme.

“Ce que je demande au nouveau président, c’est de savoir que les Gambiens ont beaucoup souffert. Le problème avec les dirigeants africains, c’est qu’aussitôt qu’ils arrivent au pouvoir, ils oublient les promesses qu’ils ont faites. Si le nouveau président fait de même et oublie sa mission, nous nous débarrasserons aussi de lui”, prévient un jeune homme.

En attendant, Barrow clame haut et fort qu’il a l’intention d’effacer les décisions de Jammeh. Ce dernier avait décidé de retirer la Gambie du Commonwealth (groupe composé principalement d’anciennes colonies britanniques) et de la Cour pénale internationale.

Voir plus