Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Madagascar : la serviette hygiénique réutilisable

Madagascar : la serviette hygiénique réutilisable

Madagascar

La confection de serviettes hygiéniques réutilisables fait partie des activités proposées par le centre de réinsertion des jeunes Akany Avoko.

Dans la commune d’Ambohidratrimo, à 15 kilomètres de la capitale malgache, Antananarivo, un centre de réinsertion accueille 150 enfants et adolescents nuit et jour. Des filles, en grande majorité.

Maltraités, violés, ou abandonnés, ces mineurs ont été placés ici après décision d’un juge. Ici, les enfants sont hébergés, scolarisés et bénéficient également de formations. Aujourd’hui, une dizaine d’adolescentes apprennent à coudre des serviettes hygiéniques lavables.

“  L’objectif, c’est de changer l’habitude des jeunes filles à l’utilisation des serviettes hygiénique synthétique ou plastique. Avec les serviettes lavables, les femmes sont obligées de laver la serviette et la culotte et de se laver également. Alors qu’avec les serviettes jetables, elles peuvent être paresseuses, elles ont tendance à seulement remplacer la serviette et à ne pas se laver, ” a expliqué Saholy MANITRINIAINA, professeur de couture au centre Akany Avoko.

La serviette hygiénique réutilisable avec des poches et des scratchs est une version améliorée des “ Salaka ”, les linges pliés encore utilisés par les femmes très défavorisées, pendant leurs règles.

Pour les jeunes filles du centre d’accueil, l’utilisation des serviettes lavables n’a que des avantages.

“ C’est facile à laver, ça sèche vite. Je me sens à l’aise quand je porte ça, car ça ne tombe pas, ça ne bouge pas de ma culotte. Et aussi ça ne me fait pas mal et on est toujours propre quand on l’utilise parce qu’on est obligées de la laver, ” a indiqué l’une des pensionnaires du centre.

Au cours de sa vie, une femme utilise environ 10 000 serviettes ou tampons jetables. Des produits qui peuvent mettre 500 ans à se décomposer, engendrant ainsi de graves problèmes de pollution. Le projet de fabriquer des serviettes en coton est né grâce à cette jeune femme de 25 ans. Iriana compte créer une entreprise sociale d’ici deux ans et commercialiser ces produits. Grâce à son idée, le centre peut économiser près de 200 euros par an.

“Le coût de fabrication d’une serviette hygiénique est d‘à peu près 3000 ariarys, et pourtant ça dure à peu près un an. Le paquet de serviettes hygiéniques jetables coûte à peu près 2800 ariarys, pourtant les jeunes filles sont obligées d’acheter un paquet par mois,” a déclaré IRIANA ANDRIANALIMANANA porteuse du projet “ Healthy Girls ”.

Le centre a également mis en place d’autres initiatives valorisant la protection de l’environnement comme la plantation de fruits et légumes en potager ou en milieu urbain, la fabrication d’un charbon écologique. Des actions qui ont vu le jour par manque de financement. Le centre dépend essentiellement de parrainages qui ne couvrent que 60% du budget nécessaire.

Nina Lalasoa Andriandanja est la directrice centre Akany Avoko : “On a trouvé aussi que c‘était de bons exemples pour les enfants parce que ce sont ces enfants là qui vont changer ce pays et c’est pour ça qu’on donne un maximum d’informations et d‘éducation pour ces enfants et c’est à eux après de partager avec leur famille, la société. Et quand ils seront adultes, ils vont donner de bons exemples autour d’eux.”

Une démarche écologique, économique et pédagogique qui permet à ces enfants d’espérer vivre un avenir meilleur.  

Voir plus