Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Economie

business

La Tunisie veut doper son économie

La Tunisie veut doper son économie

Tunisie

La Tunisie accueillera les mardi et mercredi prochains une conférence internationale qui a pour but de la remettre sur la scène économique.

Il s’agit ici pour la Tunisie de bénéficier d’investissements conséquents. Disons-le, la situation politique de ce pays d’Afrique du Nord n’arrange pas les choses.

Fadhel Abdelkéfi (voir photo), ministre tunisien de l’Investissement et de la Coopération internationale : “ça va être une messe dans laquelle il y aura le secteur privé tunisien, le secteur privé international, les Fonds d’investissements, les multilatéraux. Il y aura une présentation de projets publics qui sont finançables par les multilatéraux, comme disent les anglais c’est un peu “business as usual’, nous savons les financer, tous les travaux d’infrastructure, etc.’‘

Le préalable pour moi, c'est de sortir de cette conférence avec la Tunisie rétablie dans le domaine de l'investissement...

Le ministre se veut clair ; la Tunisie doit reprendre sa place et dominer la Méditerranée du Sud. Le message est directement adressé à la communauté internationale.

“Nous allons avoir des privés en PPP (Partenariat public-privé) sur des projets publics et nous allons avoir, j’espère des projets strictement privés qui vont bénéficier de la nouvelle loi de l’investissement. Le préalable pour moi, c’est de sortir de cette conférence avec la Tunisie rétablie dans le domaine de l’investissement, avec la destination Tunisie remise sur la carte de l’investissement de la Méditerranée du Sud. C’est le principal message que je souhaite envoyer à la communauté internationale”, ajoute Fadhel Abdelkéfi.

Il y a quelques jours, la Tunisie se souvenait des victimes de l’attaque du musée du Bardo, attaque perpétrée il y a un an et revendiquée par le groupe Etat islamique. Six ans après le printemps arabe qui a permis de chasser le dictateur Ben Ali du pouvoir, la Tunisie peine à se défaire de la crise économique et des menaces terroristes.

A ce propos, Fadhel Abdelkéfi affirme ceci : “la Tunisie a souffert de cette image de ce pays en transition politique. Tout ce que je souhaite véhiculer, c’est que cette transition est terminée et qu’aujourd’hui, toute la concentration est portée sur l’investissement, sur la croissance que nous souhaitons faire simplement pour consolider cette transition politique.”

L’appel du ministre semble avoir été entendu, dans la mesure où l’Union européenne prévoit de doubler son soutien financier en direction de la Tunisie en 2017, et cela, à hauteur de 300 millions d’euros. Après l’ouverture de la conférence à venir, Beji Caïd Essebsi, le président tunisien, prendra son vol pour Bruxelles mercredi et jeudi. Il discutera une fois sur place avec les principaux dirigeants de l’UE.

Voir plus