Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

La baisse de l'économie alimente la guerre civile au Soudan du Sud, selon l'envoyée de l'ONU

La baisse de l'économie alimente la guerre civile au Soudan du Sud, selon l'envoyée de l'ONU

Sud-Soudan

L’envoyé des Nations Unies au Soudan du Sud, Ellen Loj, a déclaré au Conseil de sécurité que certaines parties du Soudan du Sud demeuraient volatiles et que de fréquentes attaques perturbaient l’approvisionnement des produits essentiels, y compris la nourriture.

L’envoyée a averti que le conflit de trois ans, continue de pousser le pays vers une plus grande division et le risque d’un conflit civil à grande échelle.

La rivalité politique entre le président Kiir et son ancien adjoint Machar, a conduit à la guerre civile en 2013.

“ _La détérioration de l‘économie et le conflit de plus en plus fragmenté, souvent avec des nuances ethniques que nous voyons, ont placé le pays sur une pente potentiellement glissante pour une plus grande divisibilité et le risque d’un conflit civil complet qui pourrait rendre la cohésion nationale presque impossible à atteindre, _ “ a déclaré Loj

Le Soudan du Sud, producteur de pétrole, a acquis son indépendance du Soudan en 2011, mais en décembre 2013, il est entré dans une guerre civile de deux ans après un conflit entre le président Salva Kiir et son ancien adjoint Riek Machar.

La paire a signé un accord de paix l’année dernière, mais les combats ont continué et Machar a fui le pays en juillet.

Les combats ont nui à la production pétrolière, principale source de revenus, qui a également été touchée par la chute des prix.

Le conflit le plus récent a tué des milliers de personnes et a chassé plus de 2 millions de personnes de leurs foyers, dont beaucoup ont fui vers les pays voisins.

Les Nations Unies ont distribué au Conseil, jeudi 17 novembre, un projet de résolution visant à imposer un embargo sur les armes au Soudan du Sud et à des sanctions ciblées supplémentaires au milieu des avertissements.

Les Casques bleus des Nations Unies protègent actuellement près de 200 000 civils sur six sites à travers le pays.

Voir plus