Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Au Kenya, les femmes de Wajir découvrent la contraception

Au Kenya, les femmes de Wajir découvrent la contraception

Sensibiliser les femmes à la contraception et au planning familial, c’est l’objectif de l’ONG britannique Save the Children. Ici dans le Nord-Est du Kenya les femmes ont en moyenne 8 enfants ; des grossesses nombreuses qui peuvent créer des problèmes de santé.

Parler de sexualité et découvrir les différents moyens de contraception, c’est l’objet de la discussion aujourd’hui. Ici dans le Nord-Est du Kenya, les habitants ne sont guère habitués à avoir ce type de conversation. Dans la région de Wajir, seul 2 % de la population utilise des moyens contraceptifs, contre une moyenne nationale de 58%.

Ces femmes d’origine somali sont souvent mariées avant 18 ans, et connaissent des grossesses précoces qui peuvent entraîner des soucis de santé. Safiya a 28 ans et est mère de quatre enfants

‘’ _ J’ai commencé à utiliser le planning familial pour être en meilleure santé et pour que mes enfants soient en meilleure santé. Avant d’espacer mes enfants, j’étais très malade, au début de ma grossesse, je ressentais des douleurs aiguës et pendant l’accouchement aussi. Aujourd’hui, ça va beaucoup mieux._ ‘’

Dans le nord-est du Kenya, plus de quatre femmes sur dix sont mariées avant 18 ans – le double de la moyenne nationale – avec à la clef des grossesses précoces parfois difficiles, d’autant que la quasi-totalité des accouchements se déroulent à demeure et non en clinique.

Et chaque femme donne en moyenne naissance à huit enfants, une grande famille étant dans la culture somali un symbole de richesse.

Plusieurs d’entre elles vont mieux grâce au programme de sensibilisation lancé en 2014 par l’ONG britannique Save the Children, en collaboration avec le gouvernement kényan.

‘’ _ Nous les sensibilisons à l’importance du planning familial, à l’importance d’espacer les enfants, aux effets néfastes des mariages précoces et aussi aux conséquences de l’excision._ ‘’ Explique Sulekha Mohamed, responsable locale de Save the Children.

“les méthodes modernes de contraception sont perçues comme une violation des principes islamiques”. Un véritable défi car dans la culture somalie, une grande famille est symbole de richesse. Ici, une femme donne naissance en moyenne à 8 enfants.

Le programme s’est aussi heurté aux croyances religieuses des habitants, nombreux à penser que le planning familial est proscrit par l’islam.

Pour faire face à toutes ces réticences, l’ONG a sollicité l’aide des influents chefs religieux. Chaque semaine, des formations leur sont données et ils vont ensuite répandre la bonne parole dans les villages.

Selon une étude démographique officielle datante de 2014, le taux de mort périnatale des bébés est de 44 pour 1.000 naissances dans l’est du pays, contre une moyenne nationale de 29 pour 1.000.

En 2 ans, les résultats du programme de Save the Children sont très encourageants, quoique l‘échelle soit encore réduite: 3.177 femmes ont débuté un planning familial au premier trimestre de 2016, contre 1.382 un an plus tôt à la même période.