Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Economie

business

Une femme menuisier s'impose dans un secteur à prédominance masculine au Zimbabwe

Une femme menuisier s'impose dans un secteur à prédominance masculine au Zimbabwe

Zimbabwe

Jennifer Rupiya est l’une des rares femmes menuisiers au Zimbabwe. Elle a commencé son activité en 2010 avec aucune formation formelle et aujourd’hui, elle figure parmi les menuisiers les plus recherchés de la ville.

Avant de commencer son entreprise Charlywood Investments il y a six ans, Jennifer Rupiya vendait des collations à d’autres menuisiers. Aujourd’hui, elle gère une entreprise rentable dans un secteur à prédominance masculine.

J’ai été attirée par ce métier qui est une passion pour moi, un métiers qui est souvent associé aux hommes parce que je ne crois pas qu’il y ait une différence entre ce qu’un homme peut faire et ce qu’une femme peut faire.‘’

Mais, intégrer le marché n’a pas été chose facile pour cette femme de 45 ans, certains clients se montrant réticents à confier leur travail à une femme. Elle a été encouragée lorsque plusieurs ont commencé à apprécier ses services.

Les canapés de Jennifer se vendent de 100 à 1000 dollars américains. Les clients sélectionnent des motifs de catalogue de la boutique où ils peuvent avoir leurs sièges personnalisés à leurs propres spécifications.

À la fin du mois, je peux faire jusqu‘à 2.000 dollars américains de ventes. J’ai un système de paiement par lequel les clients peuvent faire un dépôt, puis régler le solde après une période de temps convenue, donc dans une semaine, je peux faire des ventes de 500 à 1000 dollars américains.

Son ambition est d’ouvrir au moins trois magasins en dehors de la capitale. Certains de ses collègues déclarent avoir été inspirés de la voir faire évoluer l’entreprise au fil des ans.

Nous invitons le maximum de femmes à intégrer ce métier parce qu’elles sont chefs de famille et dans le cas où le mari meurt, elles peuvent encore être en mesure de prendre soin de leurs familles,“ a déclaré Enoch Manhunha, un menuisier.

Les industries sont fermées, il n’y a pas d’emplois pour que les femmes utilisent leurs mains pour gagner sa vie et l’un des moyens est d’exercer un métier comme celui-ci,“ a ajouté Ronny Katerere, un autre menuisier.

Jennifer veut encourager d’autres femmes à suivre son exemple et à se lancer dans les domaines considérés comme la chasse gardée des hommes.

Voir plus