Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Jacob Zuma soutient Pravin Gordhan

Jacob Zuma soutient Pravin Gordhan

Afrique du Sud

Soutien officiel de jacob Zuma à Pravin Gordhan, après celui du vice-président Cyril Ramaphosa.

Le président sud-africain a annoncé ce mardi, à Cap Town, soutenir son ministre des Finances, accusé de fraude. Cela, en dépit des dissensions qui persistent entre les deux hommes, loin des caméras et qui déteignent même sur la cohésion au sein de l’ANC, le parti au pouvoir.

Jacob Zuma : “au gouvernement, nous avons exprimé notre soutien entier au ministre tout en respectant l’indépendance de la procédure et du parquet.” Non sans ajouter qu’ “‘il ( Pravin Gordhan) est innocent tant qu’un tribunal ne le jugera pas coupable.”

Le numéro sud-africain, qui s’est exprimé face à quelques élus de l’opposition radicale de l’EFF (qui ont par railleurs tenté de saboter son discours en scandant des propos hostiles contre lui), justifie ici son choix de soutenir son ministre des Finances. A l’entendre, bon nombre de décideurs sont concernés par cette affaire.

“Les événements récents en ce qui concerne les accusations formulées par le parquet contre le ministre des Finances sont une source d’inquiétude pour nous tous, y compris la communauté des investisseurs”, a dit Zuma.

C’est le 2 novembre prochain que Pravin Gordhan se retrouvera devant la justice de son pays, pour répondre de ses actes. Il est soupçonné d’avoir favorisé les conditions du départ à la retraite d’un haut fonctionnaire en 2010, lors de son premier mandat aux Finances. Premier mandat qui a couru de 2009 à 2014.

Jacob Zuma est aussi revenu sur l’enquête menée contre lui par Thuli Madonsela, la médiatrice de la République.

Il a affirmé qu’en ce qui concerne le rapport de la médiatrice de la République, il a interrompu sa publication parce qu’elle ne lui avait pas parlé ni posé de questions et que cela est son droit, tel que décrit par l’acte fondateur du médiateur de la République. « Ceux qui vont être interrogés ont le droit de faire ce que j’ai fait », a-t-il insisté.

On se souvient pourtant que le ministre des Finances, soutenu par l’opposition et de nombreux analystes, avait martelé qu’il était victime d’une cabale orchestrée par le camp Zuma.

Gordhan justifait ses accusations par le fait qu’il s’oppose au camp Zuma sur la gestion des entreprises publiques et la lutte anti-corruption.

Voir plus