Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Cameroun : après le déraillement meurtrier d'un train, Bolloré se justifie

Cameroun : après le déraillement meurtrier d'un train, Bolloré se justifie

Cameroun

Le groupe Bolloré Africa Logistics qui exploite la ligne de chemin de fer de la Camrail vient de livrer sa version des faits après le tragique événement de vendredi qui a fait 79 morts et quelque 600 blessés selon un bilan officiel.

Alors que des voix s‘élèvent pour exiger des explications du gouvernement et du groupe Bolloré, la multinationale a affirmé ce mardi que le déraillement du train a été en partie provoqué par une vitesse excessive. “Ce que nous pouvons dire est que le train, en se rapprochant de la station où il a déraillé (Eseka), allait à une vitesse anormalement élevée”, a déclaré Eric Melet, président de Bolloré Africa Railways, dans une interview à Reuters.

Selon lui, le train, exploité par la Camrail, tournait à environ 80 km par heure (50 miles par heure) à l’approche de la gare, soit deux fois la vitesse moyenne. Il reconnaît cependant que les wagons ont été multipliés à 16 “avec la permission des autorités” pour accueillir des passagers supplémentaires.

Toutefois, précise-t-il, ces wagons étaient “pleins” et non “surchargés” comme cela se dit depuis l’accident. “Le nombre de wagons a été adapté à la situation. Rappelez-vous le contexte dans lequel cela s’est passé. Étant donné que la route principale entre Yaoundé et Douala a été coupée cette même nuit, il y avait une très forte demande des passagers dès 8h00 heures du matin à la station”, a-t-il expliqué.

Ce que nous pouvons dire est que le train, en se rapprochant de la station où il a déraillé (Eseka), allait à une vitesse anormalement élevée.

Au Cameroun, les avis sont tout autres. Une partie de l’opinion estime qu’il y a eu négligence de la part de l‘État et de la Camrail. Une thèse rejetée par le gouvernement. De retour au Cameroun, le président camerounais Paul Biya a annoncé l’ouverture d’une enquête pour déterminer les responsabilités dans ce drame.

Mais l’opposition estime que cette enquête doit être indépendante ou à la rigueur parlementaire afin de s’assurer que les responsables soient efectivement punis.

“Les enquêtes sont déjà ouvertes, dès lors que les résultats seront portés à la connaissance du gouvernement, toutes les mesures, dussent-elles être difficiles à prendre, elles seront prises pour nous éviter la répétition d’un tel événement”, a déclaré le ministre camerounais de la Communication et porte-parole du gouvernement, Issa Tchiroma Bakary.

Voir plus