Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

RCA : rentrée scolaire en demi-teinte plus d'un mois après le début officiel des classes

RCA : rentrée scolaire en demi-teinte plus d'un mois après le début officiel des classes

République Centrafricaine

Alors que les élèves devaient reprendre le chemin de l‘école le 19 septembre dernier, une partie d’entre eux reste désespérément chez eux. La cause au climat d’insécurité qui perdure dans certaines provinces, mais aussi dans certains quartiers de la capitale Bangui, comme le souligne le coordonnateur humanitaire des Nations unies.

« On a toujours un problème d‘écoles occupées ; une douzaine d’écoles occupées par les groupes armés, confie Fabrizio Hochschild, le coordonnateur humanitaire des Nations unies dans le pays. Et là, on travaille avec la Minusca pour faire de notre mieux pouru’on reprenne les activités éducatives dans ces écoles. »

Au cœur de l’attention des autorités et du système des Nations unies, le quartier PK 5, où des violences ont encore éclaté en début du mois à la suite de la mort d’un officier de l’armée.

Un enseignant pour deux classes, c’est un travail bâclé.

La ville de Bangui n’est pourtant que la face visible du problème puisque même dans les écoles où les classes ont repris, surtout à l’intérieur du pays, les enseignants ont du mal à faire leur travail. Les responsables de l‘établissement sont dès lors contraints de faire avec les moyens du bord. Mais un mois après la rentrée, ils avouent être au bord de la rupture et appellent à l’aide.

« Nous avons un problème d’accueil, nous n’avons pas assez de tables-bancs, fait remarquer le directeur de l‘école de Sekia Dale Thierno Ouronfei, située à 22 kilomètres de Bangui. L’effectif est pléthorique et nous avons un problème d’enseignants. Pour un cycle complet, nous ne sommes que deux. Du CEI au CE2, nous ne sommes que deux. Donc, vraiment le travail nous dépasse. Nous souhaitons que le ministère nous envoie au moins 3 enseignants. Au moins un enseignant par classe, le travail peut fonctionner correctement. Mais un enseignant pour deux classes, c’est un travail bâclé. »

La République Centrafricaine se relève de trois années de crise qui ont poussé de nombreuses écoles à fermer. L’un des défis pressants du nouveau président Michel Archange Touadera, un enseignant de profession, est de remettre une génération de Centrafricains sur le chemin de l‘école.

Voir plus