Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Le Burundi réagit aux sanctions de l'UE

Le Burundi réagit aux sanctions de l'UE

Burundi

Les autorités du Burundi ont réagi après le gel des salaires de 5.500 de leurs soldats par l’Union européenne.

Ce sont quelque 5 millions d’euros de salaires mensuels du contingent burundais de l’Amisom, présent en Somalie, qui ne passeront plus par les caisses burundaises, pour cause de sanctions de l’UE contre le Burundi.
Gaston Sindimwo, premier vice-président burundais :

« Qu’est-ce qu’ils n’ont pas fait ? C’est un geste qui est dans la continuité de la déstabilisation de la République du Burundi. Nous l’avons dit depuis longtemps ; le Burundi doit payer ses propres fonctionnaires et de surcroît, les militaires. Nous ne sommes pas en Somalie comme des mercenaires. Nous sommes en Somalie parce que c’est un pays frère, africain, pour aider la République somalienne à tenir debout, comme on nous a aidés dans le temps. »

A la question de savoir si le Burundi pourrait se retirer de l’Amisom, voici la réponse de Gaston Sindimwo :

« Bien sûr, pourquoi pas ? Pourquoi pas ? Parce qu’on n’est pas une armée d‘établissement, on est une armée de maintien de paix et dans les conditions acceptables. Vous savez aujourd’hui, on a des arriérés de plus de dix mois. Et tout ça, on dit que c’est le gouvernement qui ne paie pas les militaires, alors que c’est l’Union africaine, en complicité avec l’Union européenne. C’est inadmissible, ça ! »

Le Burundi est englué dans une violente crise politique qui a fait des centaines de morts et des milliers de déplacés et réfugiés, depuis la réélection contestée de Pierre Nkurunziza pour un troisième mandat en juillet 2015.

L’opposition lui reproche de ne pas respecter la Constitution, qui limite le mandat présidentiel à deux, ainsi que l’accord d’Arsuha, qui avait mis fin à des années de guerre civile.

Voir plus