Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Côte d'Ivoire : l'opposition appelle à un rassemblement samedi

Côte d'Ivoire : l'opposition appelle à un rassemblement samedi

Côte d'Ivoire

Le bras de fer entre l’opposition ivoirienne et les autorités à propos du projet de nouvelle constitution se poursuit. Les opposants qui le qualifient de “projet de désaccord et de rupture sociale” appellent à une nouveau meeting ce samedi.

Danielle Boni Claverie, présidente-fondatrice du parti d’opposition Union républicaine pour la démocratie n’y passe d’ailleurs pas par quatre chemins : “nous tenons à faire savoir à nos militants, à tous nos sympathisants, que le mot d’ordre est maintenu. A cet effet, le front du refus appelle à un giga meeting le samedi 22 octobre dès 9 H du matin à la place Ficgayo de Yopougon.”

Et c’est la même attitude qu’adopte Mamadou Koulibaly, ancien président de l’Assemblée nationale : “le chemin que nous montrons, c’est le chemin de la désobéissance à une autorité qui n’a pas de légitimité à faire ce qu’elle est en train de faire (…) Nous ne voulons pas de cette Constitution,” déclare t-il.

Ce rebondissement survient au lendemain d‘échauffourées jeudi, entre la police et quelques leaders du “front du refus”, du nom de cette coalition d’opposition, ayant conduit à de brèves interpellations, puis à la libération de ces politiciens.

“Non à la Monarchie Ouattara”, pouvait-on lire sur un panneau brandi par un des opposants qui réclament le “retrait pur et simple” du projet de Constitution, qu’ils qualifient de “funeste et dangereuse”.

Outre la création d’un poste de vice-président et d’un Sénat, le nouveau projet supprime la limite d‘âge de 75 ans pour être candidat à la présidentielle et prévoitque le candidat doit être exclusivement de nationalité ivoirienne, né de père ou de mère ivoiriens d’origine. Les autorités disent vouloir à travers cette disposition, en finir avec le problème de l’“ivoirité”.

Ce projet prévoit aussi l’institutionnalisation de la chambre des rois et chefs traditionnels et une extension des compétences du Conseil économique et social.

Voir plus