Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Résultat mitigé pour la mission ExoMars

Mars

<p><strong>La mission ExoMars n’est pas compromise, mais le premier volet n’a pas été un succès complet le mercredi.</strong></p> <p>Telles sont les conclusions de la mise en orbite d’une sonde et de l’atterrissage de Schiaparelli mercredi sur la planète rouge. En tout cas, <strong>des données extraordinaires</strong> vont pouvoir être désormais récoltées à la recherche de traces de vie sur Mars.</p> <p>Andrea Acomazzo, directeur des opérations spatiales à l’<span class="caps">ESA</span> (Agence spatiale européenne) : “le parachute d’atterrissage de l’atterrisseur a bien fonctionné et le bouclier thermique de la capsule lui permettant de rentrer dans l’atmosphère à grande vitesse s’est déployé normalement. D’après les premières analyses, le disque dur a pu nous envoyer beaucoup de données très importantes. Maintenant, il s’agit de bien comprendre pourquoi l’atterrisseur ne s’est pas comporté comme nous l’attendions.”</p> <p>Le vrai succès de cette mission est la mise en orbite réussie de <strong>la sonde europeano russe <span class="caps">TGO</span></strong> autour de Mars ; elle va pouvoir “renifler” l’atmosphère martienne.</p> <p>“C’est un vrai grand succès, tous les paramètres enregistrés en provenance du <span class="caps">TGO</span> sont absolument uniques, c’est seulement la deuxième fois qu’une insertion en orbite autour de mars est réussie, 13 ans après Mars Express”, a ajouté Andrea Acomazzo.</p> <p><strong>La perte éventuelle de l’atterrisseur Schiaparelli</strong> n’est donc pas une catastrophe. L’Europe ne sera pas la deuxième puissance après les Etats-Unis à atterrir en douceur sur Mars, mais elle saura ce qui n’a pas fonctionné et pourra préparer au mieux la mission de 2020.</p>