Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Economie

business

Le Kenya entrevoit une sortie de crise pour son industrie touristique

Le Kenya entrevoit une sortie de crise pour son industrie touristique

Kenya

Les responsables de l’Office du tourisme tablent sur une hausse annuelle de 18,2 % d’ici la fin de l’année.

Les recettes devraient bondir de 100 milliards de shillings kenyans sur un an soit l‘équivalent d’une augmentation d’un million de dollars américains. Après près de cinq ans de berne, la destination Kenya semble de nouveau attirer, mais la clientèle a quant à elle évolué.

« Nous observons que les tendances du marché ont changé, commente Najib Balala, un officiel du ministère du tourisme kényan. Nous avions préalablement une clientèle exclusivement européenne anglaise, allemande, française et italienne. À présent nos principaux touristes viennent des États-Unis et c’est très impressionnant parce que nous n’avons pas de vol direct avec les États-Unis, et ce malgré les recommandations et les avertissements du gouvernement américain ».

Nos principaux touristes viennent des États-Unis... et ce malgré les recommandations et les avertissements du gouvernement américain.

Le nombre d’arrivée au Kenya a chuté de plus de 60 % depuis 2011 du fait de la montée de l’insécurité animée par les insurgés somaliens des shebab. Face à ce défi, le gouvernement kényan a dû ajuster sa stratégie marketing, explique encore Najib Balala.

« Le Kenya est un grand pays qui a besoin de gros chiffres et lorsque nous parlons de millions d’arrivées, cela sonne comme une blague… nous avons même la capacité d’accueillir jusqu‘à cinq millions de touristes dans ce pays et cela fera exploser notre économie. Imaginez qu’avec juste un peu plus d’un millions d’arrivée cela booste notre Produit intérieur brut de de 14 % ».

Les autorités kényanes ont mis en place plusieurs mesures afin de relancer l’industrie touristique nationale. L’une d’elle a été de concevoir un plan marketing conjoint avec l’Ouganda et le Rwanda afin de vendre les trois destinations comme une seule.

Voir plus