Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Une mission de la CPI dépêchée en RDC à deux jours d'une "journée ville morte"

Une mission de la CPI dépêchée en RDC à deux jours d'une "journée ville morte"

République démocratique du Congo

Une délégation du bureau du procureur de la Cour pénale internationale séjourne depuis dimanche en République démocratique du Congo. Une mission qui devra permettre aux collaborateurs de la procureure de la Cour, Fatou Bensouda, de toucher de près la crise politique qui sévit dans ce pays d’Afrique centrale.

Lors de cette visite de cinq jours qui court du 16 au 20 octobre, la délégation prendra langue avec les représentants officiels de la RDC, les membres de partis politiques, la société civile et la presse.

Ce lundi, Fatou Bensouda a d’ailleurs pondu un communiqué dans lequel elle informe de la présence de la mission en terre congolaise, mais également pour rappeler aux différentes parties au conflit que certains actes observés les 19 et 20 septembre 2016 “pourraient constituer des crimes de la compétence de la Cour pénale internationale”.

Il est impératif que toute activité et toute action sur le territoire de la RDC, quels que soient son acteur, sa nature et sa forme, se déroule avec retenue et sens de responsabilité.

C’est certainement la raison pour laquelle elle en appelle à la retenue de la part des différents acteurs de la crise politique. “Il est impératif que toute activité et toute action sur le territoire de la RDC, quels que soient son acteur, sa nature et sa forme, se déroule avec retenue et sens de responsabilité ; et que tout comportement de violence contraire au Statut de Rome de la CPI soit évité en tout temps et en tout lieu” , enjoint le communiqué.

Injonction faite alors que le 19 octobre, l’opposition menée par Etienne Tshisekedi et Moïse Katumbi prévoit organiser une “journée ville morte” pour délivrer un “carton jaune” au président Joseph Kabila, que ses opposants soupçonnent de vouloir se maintenir au pouvoir. Ce dernier est censé achever son deuxième et dernier mandat présidentiel au soir du 19 décembre 2016.

Ce lundi pourtant, les participants au dialogue politique voulu par Joseph Kabila ont adopté un accord politique qui prévoit la tenue de la présidentielle en avril 2018 et le maintien du président congolais au pouvoir jusqu‘à cette date.

La Cour constitutionnelle qui avait reçu une requête de la Commission électorale en marge des travaux du dialogue, pour l’organisation des élections en avril 2018, a validé ce lundi la requête de la Céni et l’a autorisé à reporter les élections et à élaborer un nouveau calendrier.

Voir plus