Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Cameroun : les avocats anglophones observent une grève

Cameroun : les avocats anglophones observent une grève

Cameroun

Les avocats des juridictions des régions du Sud-Ouest et du Nord-Ouest qui sont anglophones observent une grève depuis mardi.

En cause, les ‘‘actes uniformes’‘ de l’Organisation pour l’harmonisation en Afrique du droit des affaires (OHADA), qui regroupe 17 pays africains, n’existe que dans une seule langue (français). Pour ces avocats, il n’est pas normal qu’on applique le Code civil francophone dans leurs juridictions.

Pour se faire entendre, ils ont décidé de perturber le déroulement des procès ou de ne pas assister leurs clients. Interrogé par la BBC, Jules, un habitant de Bamenda (commune de la région du Nord-Ouest) s’inquiète : « Je suis confus parce que mon avocat n’est pas là. C’est difficile de le joindre, j’ai essayé de l’appeler, mais je ne peux pas l’avoir au téléphone ».

Dans le désordre, certains prévenus ont été jugés sans avocats. D’autres audiences ont été reportées à une date ultérieure.

Du côté des avocats, on assure qu’un dialogue avec les ‘‘autorités camerounaises’‘ avait été souhaité pour ‘‘éviter d’en arriver à cette grève’‘. « Nous avons tout fait pur engager le dialogue. Depuis le 15 mai 2015, nous réclamons la traduction en anglais des actes uniformes de l’OHADA », a déclaré Me Harmony Bobga, président de l’Association des avocats du Nord-Ouest, à la BBC.

Pour les ‘‘robes noires’‘ anglophones camerounaises, l‘État veut leur ‘‘imposer le droit civil en vigueur dans les régions francophones du Cameroun’‘. Ce qui n’est véritablement pas de leur goût. Ils revendiquent le ‘‘système juridique du Common Law’‘, héritage anglo-saxon de la colonisation.

Désormais, le ‘‘combat’‘ se mène au plus haut niveau. Les avocats anglophones ont adressé une lettre au président camerounais Paul Biya, dans laquelle ils exigent la mise sur pied d’un comité ad hoc qui sera chargé d‘étudier et satisfaire leur revendication.

Crédit photo : africatime.com

Voir plus