Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

RDC : reprise du dialogue sur fond de négociations directes

RDC : reprise du dialogue sur fond de négociations directes

Les délégués au “dialogue national” ont décidé vendredi à Kinshasa d’engager des “négociations directes” en vue de la signature d’un accord devant sanctionner la fin de ces assises censées résoudre la crise en République démocratique du Congo.

Après dix jours de suspension, le dialogue a pu reprendre en RDC sur un air de proposition du projet remis le 23 septembre dernier par le facilitateur Edem Kodjo à tous les délégués, pour d‘éventuels amendements.

Des négociations directes sur les points de divergences relevés dans le projet d’accord remis par le facilitateur sont désormais engagées“, a déclaré à la presse Jean-Lucien Bussa, porte-parole de la délégation de l’opposition au dialogue.

Il s’agira selon She Okitundu porte-parole de la majorité au dialogue, de chercher à dégager un compromis sur un accord politique, par tous les acteurs présents à ces négociations.

Nous entendrons (samedi) le président de la Céni (Commission électorale de la RDC) et aussitôt, le groupe de travail composé des délégués de la majorité, de l’opposition, de la société civile et des personnalités’‘, a-t-il ajouté.

La frange minoritaire de l’opposition qui prend part à ce dialogue a montré son intention de ne pas transiger sur les principes qui fondent l’alternance, à savoir deux mandats pour le président de la République.

Une opposition qui exige en outre la justification, s’il venait à y avoir, d’une transition. Une période intérimaire devant être la plus courte possible.

La Constitution interdit à M. Kabila, au pouvoir depuis 2001, de se représenter à la fin de son mandat, mais le chef de l’État ne donne aucun signe de vouloir quitter son poste alors que le scrutin présidentiel apparaît désormais impossible à organiser dans les temps.

Plusieurs opposants au “dialogue national” accusent la commission électorale nationale indépendante (Céni) de projeter “d’organiser les élections en 2018”.