Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

La population des éléphants d'Afrique au plus bas depuis 25 ans (UICN)

La population des éléphants d'Afrique au plus bas depuis 25 ans (UICN)

Afrique du Sud

La population des éléphants d’Afrique est au plus bas depuis 25 ans, principalement en raison du braconnage, selon le rapport 2016 de l’Union internationale pour la conservation de la nature.

La population de ces pachydermes d’Afrique a baissé d’environ 20 % entre 2015 et 2016, principalement en raison du braconnage, selon un rapport de l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN). Ginette Hemley est membre du Fonds mondial pour la nature (WWF).

Les bandes de criminels organisés agissent à grande échelle en Afrique, faisant passer de l’ivoire illégalement vers l’Asie, qui est le moteur de ce braconnage massif à l’origine du déclin de la population des éléphants.

Dans son rapport sur l‘état des éléphants d’Afrique publié lors de la Convention internationale sur le commerce d’espèces sauvages en Afrique du Sud, le groupe de conservation indique qu’il s’agit de la plus énorme baisse des éléphants d’Afrique depuis 25 ans.

‘’La disparition croissante des zones naturelles d’habitation des pachydermes menace aussi l’espèce‘’, précise l’UICN qui ajoute dans son rapport que ’‘Les braconniers chassent les éléphants pour revendre à prix d’or leurs défenses en ivoire, principalement sur les marchés asiatiques.’‘

L’ivoire est vue comme un produit luxueux, et les gens l’utilisent de diverses façons. Il y a des types d’ivoire qui servent à faire des produits de la vie courante comme des baguettes pour manger, des bracelets. Mais il y a aussi des défenses énormes sculptées en objets d’art qui peuvent attendre des prix très élevés.“ Explique Cheryl Lo, spécialiste du braconnage à WWF.

L’Afrique compte environ 415.000 éléphants, soit 111.000 de moins que lors de la dernière décennie, selon ce rapport basé sur 275 mesures à travers le continent.

Ce rapport alarmant a été divulgué devant les délégués de la CITES, la Convention internationale sur le commerce d’espèces sauvages menacées d’extinction qui s’est ouverte samedi à Johannesburg, et qui doit débattre de nouvelles mesures de protection.

Voir plus