Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

This is Culture

this-is-culture

Guinée-Bissau : ouverture d'un Mémorial de l'esclavage

Guinée-Bissau : ouverture d'un Mémorial de l'esclavage

Guinée-Bissau

Bordée de palmiers et d’un blanc éclatant, la façade du tout nouveau Mémorial de l’esclavage et de la traite négrière de Cacheu tranche avec le décor négligé de cette ville côtière qui fut la capitale de l’ancienne colonie portugaise.

Un Mémorial de l’esclavage vient d’ouvrir ses portes dans la ville côtière de Cacheu, au nord-ouest de la Guinée Bissau. Entre le XVème et le XVIIIème siècle, ce lieu était l’un des centres névralgiques de la traite négrière.

Cambraima Alanso Cassama, coordinateur du Mémorial: “il se pratiquait ici un commerce de produits locaux et autres. Mais comment cet échange se faisait ? Il s’y pratiquait en fait des échanges directs de produits locaux contre des hommes et de produits européens contre des hommes. Plusieurs traces témoignent de cela.”

Les esclaves partaient vers l’Amérique très affaiblis. Une casserole commune servait à les nourrir. Joachim Lopes, guide au Mémorial : “cette marmite était trop petite alors chacun prenait une petite part. Les recettes étaient basiques et rapides parce qu’il fallait vite retourner travailler.”

L’idée du musée est née en 2010, lorsque des descendants d’esclaves, identifiés grâce à leur ADN, ont fait le déplacement de Cacheu en provenance du Brésil et des Antilles. Augusto Joao Correia, enseignant au lycée de Cacheu : “quand ils sont venus, ils ont commencé à raconter l’histoire, beaucoup de gens ont pleuré ce jour là et d’autres se sont dit, peut-être celui-là est mon parent!.Et après on a organisé la danse et moi-même j’ai dansé ce jour-là et on s’est embrassé, on s’est serré la main.”

En Guinée-Bissau, l’histoire de l’esclavage n’est toujours pas enseignée à l‘école. A Cacheu, on espère que les touristes viendront découvrir grâce au musée, le passé colonial traumatisant du pays.

Voir plus