Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

32 ans après, le Maroc demande officiellement à réintégrer l'Union africaine

32 ans après, le Maroc demande officiellement à réintégrer l'Union africaine

Maroc

C’est officiel ! Le Maroc vient officiellement de demander à l’Union africaine (UA) de le réintégrer dans l’organisation. Rabbat s’y était retiré en 1984.

32 ans après son boycott, le Maroc, seul pays africain à ne pas faire partie de l’Union africaine veut revenir au sein de l’organisation. La requête de Rabbat, jusque-là informelle, avait fait la Une du dernier sommet de l’institution en mi-juillet à Kigali. Depuis ce vendredi, elle est officielle.

Le royaume chérifien a ainsi “soumis une requête en vue d’accéder à l’Acte constitutif de l’Union africaine, et de la sorte en devenir un membre”, a indiqué l’UA dans un communiqué.

Un vote de la commission de l’Union africaine devra toutefois permettre de déterminer si le royaume est accepté ou pas.

Car, faut-il le rappeler, le départ avec fracas du Maroc de l’Union africaine, alors Organisation de l’Union africaine (OUA), le 12 novembre 1984 au 20e sommet de l’organisation à Addis-Abeba avait été mal perçu par certains de ses pairs.

Si le Maroc avait justifié son boycott par l’entrée au sein de l’UA de la République arabe sahraouie démocratique (RASD) – ou encore Sahara occidental -, pour ses détracteurs, il était le seul responsable de la situation. Ils lui reprochaient notamment son refus catégorique de discuter avec le Front polisario qui a proclamé l’indépendance de la RASD en 1976.

Trente-deux ans après, les positions du royaume se sont assouplies envers sa famille institutionnelle et il est fort probable que les deux “frères ennemis” siègent de nouveau ensemble en tant que membres de l’Union africaine.

Pour autant, Rabbat ne compte pas s’incliner sur la question du Sahara occidental, ancienne colonie espagnole qu’il a annexée et qui l’oppose depuis des décennies au Front Polisario qui veut en faire un État à part entière.

Fin juillet, le roi Mohamed VI rappelait que la réintégration du Maroc au sein de l’UA ne signifie pas qu’il renonce à ses droits sur le Sahara occidental.

Voir plus