Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Désigné homme d'État de l'année, François Hollande moqué en France

Désigné homme d'État de l'année, François Hollande moqué en France

France

La distinction reçue par le président français à New York le lundi n’a pas suscité la fierté de bon nombre de Français. Sur les réseaux sociaux, ils se sont empressés de tourner en dérision la récompense de leur dirigeant.

Lundi 19 septembre, François Hollande, le président français recevait tout sourire et en mains propres, le prix “d’Homme d‘État de l’année” des mains du rabbin Arthur Schneier et du prix Nobel de la Paix Henri Kissinger, à New York.

Décerné par la fondation Appeal of Conscience, cette distinction récompense le “leadership” du dirigeant français “dans la sauvegarde de la démocratie et de la liberté” après les attentats qui ont touché Paris en novembre 2015.

A en croire les responsables de la fondation, c’est également une reconnaissance pour sa “contribution à la stabilité et à la sécurité du monde”.

Divergence de point de vue entre la fondation et une partie de l’opinion française. Car, ce même lundi, de l’autre côté de l’Atlantique, les réseaux sociaux étaient en ébullition. Avant même que le prix ne soit décerné au président français, bon nombre de ses concitoyens avaient pris l’initiative de remettre en cause cette distinction. Morceaux choisis.

Pour l’avocat Dominique Villemot, auteur de François Hollande, le courage de réformer (éd. Privat), cependant, cette situation illustre bien l’adage “nul n’est prophète chez soi”. Il explique que si en France François Hollande jouit d’une faible popularité selon les sondages, ce n’est pas le cas à l’international, estimant qu‘à l‘étranger, l’image du président français est “excellente”.

Une estime qui selon cet avocat tire sa source de la dévotion de François Hollande à la lutte contre le terrorisme. Une implication que les Américains, qui décernent ce prix, apprécient largement.

L’intervention de la France en Afrique – que ce soit au Mali ou en Centrafrique -, en Syrie ou en Irak a notamment pesé en faveur du président Hollande.

Mais pas de quoi rassurer les détracteurs du chef de l‘État français. Ces derniers s’amusent à rappeler qu’en 2008, son prédécesseur Nicolas Sarkozy avait également remporté le prix, mais n’a pas été réélu en 2012.

Voir plus