Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Sci tech

sci-tech

A la découverte d'une momie, Ötzi, "l'homme des glaces"

A la découverte d'une momie, Ötzi, "l'homme des glaces"

Italie

Vingt-cinq ans après sa découverte par un couple de randonneurs dans les Alpes italiennes, le corps momifié d‘Ötzi, “l’homme des glaces”, reste une mine inépuisable de renseignements pour les chercheurs, qui n’ont pas encore percé tous ses secrets.

Ötzi, baptisé ainsi en hommage à la vallée de l‘Ötz, près de la frontière autrichienne, où il a été exhumé est un un homme momifié naturellement par la glace il y a plus de 5000 ans. “L’Homme des glaces”, comme on l’appelle aussi, est conservé au Musée archéologique de Bolzano, petite ville italienne près de la frontière autrichienne.

Angelika Fleckinger, directrice du Musée d’Archéologie de Bolzano :“c’est l’une des momies les plus anciennes, car elle est restée dans un environnement humide. Les cellules ont gardé l’humidité, ce qui permet donc de continuer à faire des analyses avec les dernières avancées technologiques. Nous n’avons pas seulement trouvé une momie, nous avons également trouvé ses vêtements, son équipement. La totalité de cette découverte est unique au monde. C’est une fenêtre unique sur la préhistoire et ça nous donne une quantité incroyable d’informations.”

Haut d’un 1m 60, pesant à peine 50 kg, il possède une soixantaine de tatouages. Ötzi est mort à l‘âge de 45 ans, tué d’une flèche dans le dos. L’auteur ainsi que les motifs de son assassinat qui remonte à plusieurs millénaires n’ont toujours pas été identifiés.

Pour Albert Zink, directeur de l’Institut EURAC de recherches sur les momies et sur “l’Homme des Glaces”, chercheur spécialisé dans les momies et qui a notamment travaillé sur les restes de Toutankhamon et Ramsès III, les découvertes sur Ötzi nous permettent d’en apprendre davantage sur notre passé, mais font aussi progresser la médecine moderne: “à présent, nous pouvons analyser le contenu de l’estomac d’Ötzi avec plus de précisions, nous pouvons non seulement dire ce qu’il a mangé – différents types de viandes et de céréales – mais nous pouvons également analyser l’ensemble de ses bactéries, le microbiome, comme on dit. Cette étude est de plus en plus importante y compris dans la recherche moderne, car elle donne beaucoup d’informations sur les conditions de vie, mais aussi sur le système immunitaire.”

La découverte dans ses intestins de la bactérie H. pylori, aujourd’hui très répandue et impliquée dans le développement d’ulcères et de cancers, passionne particulièrement les chercheurs, souligne également l’anthropologue Albert Zink.

Environ 260.000 visiteurs viennent chaque année admirer la momie, mais avec la fonte des glaces, les chercheurs espèrent un jour découvrir de nouveaux spécimens dans la région

Voir plus