Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Soudan du sud : le gouvernement réagit aux accusations de corruption

Soudan du sud : le gouvernement réagit aux accusations de corruption

Sud-Soudan

Le gouvernement sud-soudanais, ce mercredi par la voix de son porte-parole, a menacé de poursuivre devant la justice américaine l’organisation The Sentry suite au rapport qu’elle a publié lundi.

“Ce rapport, c’est de la foutaise absolue” a déclaré le porte-parole de la présidence, Ateny Wek Ateny, en référence à ce document qui accuse l‘élite politique et militaire du Soudan du Sud de s‘être enrichie en profitant de la guerre civile qui ravage le pays depuis décembre 2013.

“Le rapport est trompeur et motivé politiquement pour ternir l’image du président Kiir, et celle du chef d‘état-major de l’armée gouvernementale et des généraux qui luttent pour le bien du Soudan du Sud” a t-il ajouté.

Le document souligne notamment que les familles des élites sud-soudanaises “vivent souvent à l‘étranger dans des luxueuses villas de plusieurs millions de dollars. En outre, elles passent leurs vacances dans des hôtels cinq étoiles, et récoltent les bénéfices de ce qui semble être un système de népotisme et de contrats douteux”.

Une attitude dénoncée par l’un des auteurs dudit document, Brian Adeba: “nous voulons attirer l’attention des autorités américaines et d’ailleurs sur le fait qu’il existe de puissants outils ici aux Etats-unis qui peuvent être utilisés pour déjouer les plans des auteurs de violences au soudan du sud. L’objectif, c’est de les amener à mettre fin à cette guerre.”

A la lecture de la publication, l’on apprend notamment que le “principal catalyseur” de la guerre au Soudan du sud est en fait “la compétition pour le contrôle des abondantes ressources naturelles du pays”, en l’ocurrence le pétrole.

Le Soudan du Sud, indépendant depuis 2011, a plongé dans la guerre civile du fait des dissensions politico-ethniques au sein de l’armée nationale, alimentées par la rivalité entre Salva Kiir et Riek Machar.

Voir plus