Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

GABON : "JE NE SUIS PAS POUR LA VIOLENCE" (BONGO)

GABON : "JE NE SUIS PAS POUR LA VIOLENCE" (BONGO)

Gabon

Dans un entretien avec l’Agence France Presse, le président gabonais Ali Bongo a rejeté la responsabilité des récentes violences dans le pays sur son rival Jean Ping. Le recours déposé par ce dernier à la Cour constitutionnelle sur les résulats dans la région du Haut-Ogouué a également été évoqué.

“Je n’ai pas exercé ni déclenché la violence”, c’est en substance le message d’Ali Bongo Ondimba dans son entretien avec l’AFP. Le président gabonais qui faisait le tour de l’actualité sur la crise postélectorale dans son pays a tenu pour responsable des violences qui ont éclaté après la proclamation des résultats son rival, l’opposant Jean Ping.

Une ligne de défense adoptée par Ali Bongo Ondimba depuis l‘éclatement des émeutes le 31 août dernier, estimant que son adversaire à la présidentielle avait lui-même créé “un climat par rapport à la campagne qui a été la sienne. Une campagne violente, une campagne de mensonges, de dénigrement qui n’a pas fait honneur au pays”.

Bien que conscient qu’aucun dialogue direct n’a pas été entamé avec Jean Ping, il estime cependant avoir “voulu des élections démocratiques”, “transparentes”, “un scrutin qui soit juste, je ne suis pas rentré en fraudes”, s’est-il justifié.

Les résultats tels qu'ils ont été annoncés m'interpellent dans le sens où il y a un certain nombre de compatriotes, un grand nombre de compatriotes qui n'ont pas voté pour moi donc je dois tenir compte de ce fait là et je vais gouverner en conséquence.

Justement, à propos du recours de Jean Ping sur les résultats dans la région du Haut-Ogouué où Ali Bongo est accusé de fraudes après avoir obtenu plus de 95 % des voix, ce dernier y voit le bon côté des choses. De son avis, cela “permettrait de faire la lumière sur toutes les opérations électorales et sur la fraude massive que M. Ping a organisé” dans plusieurs provinces.

Toutefois, avec un score de 49,80 % des voix contre 48,23 % pour Jean Ping, Ali Bongo est bien conscient que près de la moitié de la base électorale n‘épouse pas ses idéaux. Et il compte en tenir compte lors de ce second mandat.

“Les résultats tels qu’ils ont été annoncés m’interpellent dans le sens où il y a un certain nombre de compatriotes, un grand nombre de compatriotes qui n’ont pas voté pour moi donc je dois tenir compte de ce fait là et je vais gouverner en conséquence”, promet-il.

En ce qui concerne un éventuel renfort des troupes françaises au Gabon, Ali Bongo est formel : “nous sommes en mesure de rétablir l’ordre dans notre pays et de maintenir la paix, nous sommes en mesure de pouvoir le faire”.

Voir plus