Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Gabon : le ministre de la Justice démissionne

Gabon : le ministre de la Justice démissionne

Gabon

Séraphin Moundounga n’est plus membre du gouvernement gabonais. Ministre de la Justice et Garde des sceaux, par ailleurs membre influent du Parti démocratique gabonais (PDG) d’Ali Bongo, il a rendu sa démission ce lundi.

“Je me décharge de mes fonctions gouvernementales et je prends congé du Parti démocratique gabonais (au pouvoir)”, a déclaré le ministre dans une déclaration à la télévision d’opposition TV+.

Comme le camp Ping et la communauté internationale, il a demandé le “recomptage des voix bureau de vote par bureau de vote et procès-verbal par procès-verbal, estimant que “si les résulats annoncés sont confirmés, le PDG en sortirait grandi et son candidat conforté tandis que l’opposition n’aurait plus rien à rédire”. “Si par contre les résultats sont infirmés, le PDG devra en tirer les conséquences”, a-t-il ajouté.

Pour le gouvernement, cette sortie de l’ex-ministre et 2e vice-président de la République était prévisible. “Nous savons depuis longtemps qu’il est de mèche avec (l’ancien présdident de l’Assemblée) Guy Nzouba Ndama”, a réagi le porte-parole du gouvernement Alain Claude Bilie-By-Nze.

Le 30 août déjà, Séraphin Moundounga, secrétaire parlementaire du PDG avait orienté l’opinion sur ce qui serait sa réaction en cas de conflit électoral. Il avait alors appelé le chef de l’État à reconnaître le verdict des urnes, s’il était établi que celui-ci avait perdu les élections. En tant que ministre de la Justice, il avait précisé qu’il avait l’autorisation de la Cour constitutionnelle de faire annuler une élection, “si les résultats annoncés n’étaient pas conformes à la réalité”.

La défection de Séraphin Moundounga, la première de haut niveau dans le camp Bongo, intervient alors que le Gabon se remet lentement de la crise qui a éclaté au lendemain de la proclamation des résultats de la présidentielle donnant pour vainqueur Ali Bongo Ondimba face à son adversaire Jean Ping. Ce lundi, le ministre de l’Intérieur a affirmé que les violences ont fait 3 morts et 105 blessés.

Voir plus