Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Vers une force armée unifiée

Vers une force armée unifiée

Sud-Soudan

L’idée de la fusion des forces gouvernementales et rebelles au Soudan du Sud refait surface. L’initiative pourrait se matérialiser en mai 2017.

L’annonce a été faite par le vice-président sud-soudanais, Taban Deng Gai .

Cette mesure est contenue dans l’accord de paix signé l’année dernière dans l’optique de mettre fin à la guerre civile qui a éclaté dans le pays, deux ans seulement après son indépendance. Pour le vice-président sud-soudanais, son application constituerait une chance pour un retour à la stabilité du pays.

“Nous devons commencer à unir ces forces dès àprésent, jusqu’en mai de l’année prochaine, nous devons avoir une armée organisée complète et nous avons commencé avec le cantonnement dans toutes les régions du Soudan du Sud et nous avons aussi déjà entamé l’envoi des équipements dans l’optique de cette fusion ‘’, a déclaré Taban Deng Gai.

'La meilleure chose pour Riek (Machar, NDLR) est de dénoncer la violence''

Le vice-président sud-soudanais a par ailleurs accusé son prédecesseur, Rieck Machar de bloquer le processus de paix en cours.

‘‘La meilleure chose pour Riek (Machar, NDLR) est de dénoncer la violence,laisser le sortir ou aller à Juba pacifiquement, afin qu’il reste en paix, il peut s’organiser en tant que leader politique . L’option n’est pas la violence. La question de tuer ou de marcher sur Juba ne semble pas bonne. ‘’, a-t-il fait savoir. Avant d’ajouter : Il ne peut y avoir des violences en 1991, des violences en 1998, des violences en 2013 et à nouveau des violences en 2016, sinon ça veut dire que quelque chose ne va pas ‘’.

Taban Deng Gai affirme qu’il peut même accepter de rendre son tablier s’il faut pour sauver le processus de paix dans son pays. ‘‘Si ma démission peut apporter la paix au Soudan du Sud, je serais prêt quand le moment viendra.’‘, a-t-il promis.

Taban Deng Gai était au Kenya. Il est allé notamment informer le président Uhuru Kenyatta des avancées de l’accord de paix et demander de l’aide pour la reconstruction du Soudan du Sud.

Voir plus