Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Misrata, la ville des martyrs

Misrata, la ville des martyrs

Libye

Centre de commandement de l’offensive contre l‘État islamique à Syrte, Misrata paie un lourd tribut dans cette guerre contre les djihadistes. Plus que dans toute autre localité libyenne.

Depuis le 12 mai, date du début de l’offensive contre l’EI à Syrte, la plupart des 300 morts et 1.800 blessés enregistrés par les troupes du gouvernement d’union nationale sont originaires de cette ville.
‘‘A Misrata, chaque famille à un martyr’‘, a déclaré Echteoui Khalifa, devant la tombe de son cousin, mort au combat.

Ibrahim Ehmeda Fssouk se souvient encore de son frère, Abdelqader, un journaliste de 30 ans, mort alors qu’il couvrait les combats à Syrte. “Il était passionné par le journalisme et ne se préoccupait pas de l’argent. Son seul souhait était de rapporter la vérité. Le défunt, que Dieu ait son âme, était réputé pour son courage et dans son dernier article, il a écrit : pour prendre une belle photo, il faut risquer sa vie.”

Les populations ne rêvent plus que d’une chose : la fin du chaos dans lequel est plongé leur pays.

''A Misrata, chaque famille à un martyr''

Ali al-Kissa fils d’Abderrahmane al-Kissa, un ancien ministre des Martyrs : “j’espère que la guerre prendra fin. C’est le voeu de tout Libyen aujourd’hui, que cette guerre prenne fin, que le pays se relève et soit mieux qu’avant.”, souligne Ali al-Kissa fils d’Abderrahmane al-Kissa, un ancien ministre des Martyrs.

Pour l’heure, la hache de guerre n’est pas encore enterrée. Les forces du gouvernement d’union nationale tentent toujours de déloger le groupe État islamique de Syrte.

Les Libyens, qui aspirent à la paix, doivent encore croiser les doigts. La perspective d’une victoire semble être un réconfort pour les populations de Misrata. “Des gens qui luttent pour leur patrie”, soutient le sexagénaire. “Personne n’accepte de bon cœur de perdre son fils, mais la victoire apaiserait la douleur d’avoir perdu Abdelqader”, affirme le père du journaliste décédé au front.

Voir plus