Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Economie

business

Kenya: des centaines de chauffeurs de taxi Uber en grève, après une baisse des prix des transports

Kenya: des centaines de chauffeurs de taxi Uber en grève, après une baisse des prix des transports

Kenya

Les chauffeurs d’Uber de la capitale kényane, Nairobi, se sont mis en grève et ont tenu mardi (2 août) une manifestation pour protester contre la baisse des tarifs effectués par la société.

La firme américaine, qui a commencé ses opérations dans ce pays d’Afrique de l’Est en janvier 2015, est en train d’effectuer une baisse allant jusqu‘à 35 pour cent de l’ensemble des tarifs pour stimuler la demande pour le service, face à la concurrence croissante des entreprises locales.

“La raison pour laquelle nous sommes ici, il est parce que nous avons été lésés et c’est à propos du problème de la baisse des tarifs et alors que je suis un partenaire, on ne m’a pas consulté et c’est l’une des principales raisons pour lesquelles nous avons décidé de descendre dans la rue, non pas parce que nous n’aimons pas Uber, c’est une bonne entreprise, c’est une bonne société technologique et nous aimons travailler avec elle”, a déclaré Simon Mutembei, l’un des chauffeurs qui ont défilé jusqu’aux bureaux de Uber dans une banlieue de Nairobi.

Uber opère dans plusieurs pays africains, dont le Kenya, où le service a été lancé au début de l’année 2015.
Il y a au moins trois applications de taxi à Nairobi et les services ne sont pas étendus au-delà de la capitale, ce qui accroît la ruée pour les clients, selon les analystes.

Uber, qui permet aux utilisateurs de réserver et de payer pour un taxi avec leurs téléphones mobiles, a déclaré que les réductions étaient dans l’intérêt des chauffeurs puisqu’elles permettraient d’attirer plus de clients, et ajouté qu’elle avait consulté ses chauffeurs avant de baisser les prix.

L’entreprise a baissé le prix au kilomètre la semaine dernière, passant de 60 (0,59 $) à 35 shillings. Elle avait déja réduit précédemment le tarif d’attente à la minute de 4 à 3 shillings.

Les utilisateurs d’Uber au Kenya ont noté que les chauffeurs de taxis classiques avaient augmenté leurs tarifs en réponse à la grève chez Über.
Les chauffeurs disent qu’ils pourraient tous basculer dans le giron de Little Cab (entreprise de taxi lancée lemois dernier), si Uber n’accède pas à leurs demandes d’ici mardi après-midi.
Little Cab, qui est détenue conjointement par l’opérateur de télécommunications Safaricom et le développeur local de logiciels Craft Silicon, a été lancé le 5 juillet.

“Ils ne peuvent pas juste arriver pour dominer et prendre les gens et les transformer en esclaves. Notre argument principal est que Uber a besoin de proposer une autre option sinon nous allons débrancher tous les chauffeurs en ligne et nous allons passer à une autre option qui est Little Cab (appli) et ils sont prêts pour nous à l’heure même où nous nous parlons en ce moment”, a déclaré Simon Mbogo, le secrétaire général de l’Association Taxi numérique du Kenya, qui représente les chauffeurs.
Outre un retour aux anciens prix,

L’association de taxi veut aussi qu’Uber réduise les déductions sur les gains des conducteurs à 15 pour cent, au lieu des 25 pour cent actuels, a ajouté Mbogo.
Les taxis Uber attirent de nombreux clients en offrant des prix bas et en mettant fin au marchandage sur les tarifs.

Voir plus