Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

L'Union européenne finance la lutte contre Boko Haram

L'Union européenne finance la lutte contre Boko Haram

Boko Haram

L’Union européenne va apporter une aide de 50 millions d’euros à la force mixte multinationale de la commission du bassin du lac Tchad.

Cette force a été en place en mai dernier par l’union africaine dans le cadre de la lutte contre le groupe islamiste Boko Haram.

L’accord y relatif a été signé ce lundi à Addis-Abeba en Ethiopie. Cette enveloppe permettra notamment, la construction et l’entretien du siège de la force mixte basé à N’Djamena et des sièges sectoriels du Cameroun et du Niger. l’Union européenne se propose aussi de mettre à la disposition de la force mixte, des moyens de transport et de communication.

La Force multinationale mixte qui regroupe le Cameroun, le Niger, le Nigeria et le Tchad et le Benin, devraient mobiliser plus de 8 000 hommes.

L’aide de l’Europe s’inscrit dans le cadre du Fonds pour la paix en Afrique, créé en décembre 2003 afin de soutenir les actions de paix et de sécurité sur le continent.

Elle est aussi la matérialisation de la décision prise par la Commission européenne en avril dernier d’appuyer la lutte contre Boko Haram. C‘était après la conférence des donateurs organisée par la commission de l’union africaine en février dernier.

L’Europe veut aussi apporter sa contribution ‘’ au retablissement d’un environnement sûr et sécurisé pour les populations civiles des zones touchées par l’insurrection de Boko Haram’‘, selon les termes du communiqué publiés par la commission de européenne.

Les popualations du Tchad, du Cameroun, du Niger et du Nigeria sont coinsidérablement affectées par les exactions de la secte islamiste. Plus de 13 000 personnes ont été tuées , 2,5 millions ont été déplacées à l’intérieur de leurs pays alors que 250 000 autres ont été obligées à quitter leurs pays.

L’escalade de la violence s’accompagne aussi d’une grave crise alimentaire. Des cas de malnutrition sont notamment signalés dans les localités fortemants touchés par l’insurrection.