Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Sport

sport

Sénégal : introduction du Baseball

Sénégal : introduction du Baseball

Sénégal

Sur ce terrain vague situé à Ouakam, un quartier populaire de Dakar la capitale sénégalaise, ces jeunes se donnent rendez-vous ici cinq fois par semaine pour apprendre à jouer au Baseball.

Un sport que beaucoup au Sénégal considèrent pourtant comme étant une exclusivité américaine. Dans le rôle de formateur, Ryoma Ogawa, un jeune volontaire japonais.

Ryoma Ogawa est volontaire au JICA, la coopération japonaise : “Ici à Ouakam, il n’y avait pas un seul jeune qui pratiquait le baseball. Il y avait une volonté de jouer, mais avant que j’arrive les enfants regardaient le baseball comme quelque chose de curieux… Et puis, on a commencé à jouer, et ça a commencé à changer.”

Dans ce pays où le football et la lutte sont les sports majeurs, le Baseball parvient à se frayer progressivement un chemin.

“Non, je ne connaissais pas. C’est lui qui m’a appris… Tout ! Grâce à lui je connais tout,” a déclaré Ibra Guèye, capitaine de l’équipe de baseball de Ouakam.

“C’est différent du football. Parce qu’avec le football, il y a certains joueurs qui ne bougent pas. Mais avec le baseball, c’est tout le monde qui fait ses preuves,” a rajouté son équipier Kader Dème.

Malgré le manque de moyens, la fédération de Baseball entend profiter de ce soutien japonais pour faire décoller ce sport au Sénégal.

“Au Sénégal, les gens sont talentueux. C’est pas seulement au foot que les Sénégalais sont talentueux. Ou à la lutte. Le Sénégal a montré qu’on pouvait être champions de monde de judo, de karaté, de taekwondo… Et moi j’espère qu’on peut être… pas champion du monde, mais avoir une bonne équipe sénégalaise si on a les moyens qu’il faut pour pouvoir développer ce sport, le baseball,” a déclaré Ibra Kadam, dit « Gaucher », président de la Fédération sénégalaise de soft-ball et base-ball.

Le prix des équipements aussi est un véritable frein pour le développement du Baseball au Sénégal : entre 23 et 30 euros pour un gant, 152 euros pour la batte, une fortune dans un pays où le salaire minimum est inférieur à 56 euros.

Voir plus