Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

MSF craint une catastrophe humanitaire dans l'État de Borno

MSF craint une catastrophe humanitaire dans l'État de Borno

Nigéria

La situation humanitaire s’aggrave de jour en jour à Bama, au Nigeria, à tel point que Médecin Sans Frontières (MSF) craint une catastrophe humanitaire et appel à une aide d’urgence en faveur des déplacés.

Les conditions de vie sont de plus en plus insoutenables pour les 500.000 réfugiés qui vivent dans cette localité de l‘État de Borno, dans le Nord-Est du pays. Les images de ces longues files d’attente pour l’approvisionnement en eau témoignent du calvaire de ces déplacés. « Nous faisons la queue depuis trois jours maintenant. Nous n’avons pas d’eau. Cela nous inquiète. Et nous n’avons aucune nourriture », se désole une vieille femme.

Dans cette ville, les populations qui ont fui les exactions de Boko Haram manquent presque de tout. La situation est tellement inquiétante que Médecins sans frontières craint une catastrophe humanitaire, si rien n’est fait pour leur venir en aide. Les signes semblent déjà là. « Juste derrière moi, c’est un cimetière, où ils enterrent les morts. Dans la plupart des cas, ils meurrent à cause de la faim et d’un manque d’eau, associé à un manque de médicaments », explique Emat Mohammed Shuma, ancien infirmier en chef à l’hôpital de Bama.

Nous faisons la queue depuis trois jours maintenant. Nous n'avons pas d'eau. Cela nous inquiète. Et nous n'avons aucune nourriture

Les conditions de vie de ces déplacés se sont pourtant améliorées, par rapport aux mois précédents, et cela, grâce aux actions des ONG et des efforts du gouvernement de l‘État de Borno, se réjouissent les responsables humanitaires locaux. « Avec l’arrivée des ONG, maintenant les gens commencent à avoir de la nourriture, des médicaments et des soins, particulièrement un suivi psychosocial. Les enfants sont alimentés par les ONG. Le gouvernement de l‘État contribue au logement aussi », fait savoir Emat Mohammed Shuma.

Mais si l’action des ONG a permis d’améliorer la situation de ces déplacés, elle est cependant loin d‘être suffisante aux yeux de Médecins sans frontières qui demande une aide humanitaire d’urgence.

Voir plus