Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

De violents combats se poursuivent à Syrte

De violents combats se poursuivent à Syrte

Libye

La ville de Syrte est toujoutrs le théâtre de violents combats qui opposent les troupes fidèles au gouvernment d’Union nationale, aux islamistes de l’EI (Etat islamique). Les affrontements ont repris ce jeudi.

Au moins 13 soldats loyalistes ont été tués et plus de 110 autres blessés, selon les autorités libyennes. Les forces armées ont tout de même progressé dans la ville côtière, bastion des islamistes. Mais la tâche ne s’avère pas aisée.

En effet, les soldats proches du gouvernement d’Union nationale de Fayez el-Sarraj rencontrent une résistance des plus farouches de la part des terroristes. En effet, les soldats gouvernementaux doivent affronter les tirs de snipers, les engins explosifs et les centaines de combattants fondamentalistes qui se dressent contre eux.

Je suis entré dans cette guerre au nom et pour le bien de ma religion musulmane d'une part, et d'autre part, pour le bien de mon pays.

Jeudi, les troupes loyalistes ont laissé entendre qu’elles avançaient sur deux fronts, après avoir pilonné les positions djihadistes depuis les airs (aviation) et attaqué ensuite au sol, à l’aube. Les combats se sont intensifiés dans le quartier “Dollar” et aux alentours du port, toujours selon les forces pro-gouvernementales.

“Je suis entré dans cette guerre au nom et pour le bien de ma religion musulmane d’une part, et d’autre part, pour le bien de mon pays. Je me bats contre ces infidèles, ces ennemis de Dieu. Et si Dieu le veut, le moment décisif (la victoire ) est proche”, a déclaré un soldat loyaliste libyen, blessé pendant les combats.

Un lourd sentiment d’abandon prévaut chez les soldats

Les soldats qui constituent les troupes engagées dans la guerre de Syrte sont essentiellement originaires de Misrata. D’autres villes de l’Ouest libyen comptent aussi des hommes parmi ces troupes. Cependant, bon nombre d’entre ces soldats se disent abandonnés par le gouvernement et ses alliés de l’Occident. Ils fustigent le manque de soutien médical et matériel, notamment le manque de munitions, qui sape leur avancée dans les combats. En début de semaine, la ligne de front était relativement calme.

Le groupe Etat islamique a marqué sa présence à Syrte, la ville natale de l’ancien guide libyen Mouammar Kadhafi, en 2015. Depuis la chute et l’assassinat de Kadhafi en 2011, la Libye, pays riche en pétrole, subit les attaques des islamistes, qui veulent y implanter un califat, marqué par la charia.

Voir plus