Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Le président Salva Kiir appelle son rival Riek Machar au dialogue

Le président Salva Kiir appelle son rival Riek Machar au dialogue

Sud-Soudan

Le président sud-soudanais “ne veut plus d’effusion de sang dans le pays”. C’est l’une des raisons pour lesquelles il a invité son vice-président Riek Machar à la table de discussions pour trouver une issue à la nouvelle crise qui les oppose.

Salva Kiir, le président sud-soudanais joue la carte de la réconciliation. Ce jeudi, lors de sa première apparition publique depuis lundi, où il avait appelé à un cessez-le-feu, le numéro un du Soudan du Sud a demandé à son rival, le vice-président Riek Machar, de le rejoindre pour un dialogue. C‘était lors d’un point presse dans l’enceinte du palais présidentiel à Juba, auquel participaient également le président de la Commission de surveillance et d‘évaluation de l’accord de paix signé le 26 août 2015, l’ex-président du Botswana Festus Mogae, et l’envoyé spécial de l’Union africaine, l’ancien président malien Alpha Oumar Konaré.

“Je veux que Riek Machar, premier vice-président de la République, soit à mes côtés afin que nous puissions tracer la route à suivre”, a déclaré Salva Kiir qui a en outre affirmé ne plus vouloir “d’effusion de sang au Soudan du Sud”.

Toutefois, et le chef de l‘État en est conscient, cette requête adressée à son rival est, pour l’heure, quasi-incertaine. De fait, Riek Machar dont la “base a été détruite”, se cache depuis mercredi non loin de Juba. Selon un de ses porte-paroles, sa vie “est en danger”.

Je veux que Riek Machar, premier vice-président de la République, soit à mes côtés afin que nous puissions tracer la route à suivre.

Un climat de méfiance que Salva Kiir cherche apparemment à détendre. “J’ai parlé à Riek Machar aujourd’hui dans la matinée et je lui ai dit de venir, mais il était difficile pour lui d’accepter”, a reconnu Kiir, assurant néanmoins que les ministres proches de ce dernier étaient sains et saufs dans des hôtels à Juba. Relativement à la sécurité de son vice-président, le président sud-soudanais a promis être “prêt à protéger M. Machar s’il vient”, ainsi que ses ministres et officiers.

Toujours dans la même lignée, Salva Kiir annonçait mercredi l’amnistie pour les ex-rebelles ayant été impliqués dans les violences de vendredi à lundi dernier, dans la capitale Juba.

Aucun bilan officiel n’est pour l’instant disponible sur ces quatre jours d’extrêmes violences qui ont opposé les hommes de Salva Kiir à ceux de son rival Riek Machar, mais les Nations unies estiment à un peu plus de 272 dont 33 civils, les personnes qui en sont mortes et plus d’une trentaine de milliers de déplacés.

A présent, malgré le cessez-le-feu respecté par les deux parties, la communauté internationale craint tout de même une réplique de la guerre civile qui a déchiré le Soudan du Sud entre décembre 2013 et août 2015. Des pays comme l’Allemagne, ou encore l’Ouganda, ont commencé à évacuer leurs populations.

Voir plus