Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Gabon : les magistrats et la société civile réclament plus de liberté

Gabon : les magistrats et la société civile réclament plus de liberté

Gabon

Des signes de tensions se multiplient à l’approche de la présidentielle prévue le 27 août prochain.

Le syndicat des magistrats du Gabon (Synamag) a rejoint les rangs de ceux qui réclament une plus grande marge de manœuvre dans le système politique. Son cheval de bataille : la réforme de l’organisation du Conseil supérieur de la magistrature afin de rendre à la justice son statut de pouvoir indépendant du gouvernement.

“A ce jour, nous vous disons que le Conseil supérieur de la magistrature, l’organe suprême des décisions de la justice, est fortement impacté par la présence des politiques, raison pour laquelle nous souhaitons une refonte de la Constitution afin qu’ils sortent de cette instance décisionnelle”, a indique Justin Loundou, le vice-président du syndicat lors d’une conférence de presse.

Tous ceux qui sont avec le candidat-président Ali peuvent entreprendre n'importe quelle manifestation.

La colère des magistrats sonne comme un écho à la manifestation du syndicat Dynamique unitaire dont des membres ont été interpellés samedi dernier alors qu’ils tenaient une contre-manifestation près d’un grand rassemblement organisé par les soutiens du président sortant Ali Bongo.

“Ils ont été tout simplement arrêtés parce qu’il n’y a qu’un seul camp qui peut ou doit manifester dans notre pays, s’indigne un syndicaliste. Tous ceux qui sont avec le candidat-président Ali peuvent entreprendre n’importe quelle manifestation, mais lorsqu’il s’agit de manifestations de la part d’organisations syndicales, d’ONG ou de partis politiques de l’opposition, ces manifestations sont interdites.”

Le président Ali Bongo est candidat à sa propre succession lors de la présidentielle du 27 août prochain au Gabon. Une candidature rejetée par l’opposition et plusieurs de ses anciens collaborateurs qui l’accusent de ne pas remplir les critères de nationalité requis pour être élu à la tête de l‘État.

Voir plus