Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Le dépôt de candidature d'Ali Bongo, dans une atmosphère tendue

Le dépôt de candidature d'Ali Bongo, dans une atmosphère tendue

Gabon

Depuis ce samedi 09 juillet, le président gabonais Ali Bongo Ondimba est officiellement candidat à sa propre succession. Il est allé déposer son dossier de candidature dans les bureaux de la Commission électorale nationale et permanente (Cenap). Non loin de là, une manifestation d’hostilité à sa candidature.

Les querelles politiques entre Ali Bongo Ondimba et ses opposants au sujet de sa nationalité, sont loin d’avoir trouvé leur dénouement. Et ce samedi, où l’actuel chef de l‘État gabonais allait déposer son dossier de candidature à la Commission électorale nationale et permanente (Cenap), l’occasion était toute trouvée pour les deux parties de faire entendre leur voix.

C’est d’abord Ali Bongo qui a donné le ton. Accompagné d’une forte escorte de ses militants – estimés à des milliers, réunis au rond point de la Démocratie à Libreville – le chef de l‘État a saisi l’opportunité pour passer un petit message à ses adversaires qui, ces derniers mois, remettent en cause l’authenticité de sa nationalité gabonaise. “Est-ce que vous me connaissez ? Est-ce que j’ai l’air d’un étranger ? Est-ce que je viens d’ailleurs ?”, a-t-il demandé à la foule. “Je ne viens pas d’un autre pays. Je suis Gabonais. Je suis là et je resterai là”, a-t-il déclaré à sa sortie de la Cenap.

Le message n’est sans doute pas tombé dans l’oreille d’un sourd, puisqu‘à quelques mètres de là, plus d’une centaine de sympathisants de l’opposition s‘étaient réunis. Ces derniers entendaient organiser une marche près du siège de la Cenap, mais ils ont dû s’accommoder d’une forte présence policière, qui selon l’un des organisateurs, est une manière de les dissuader, d’autant que la manifestation était prévue depuis plusieurs jours. L’atmosphère s’est vite rechauffée et quelques pierres ont été jetées sur les forces de l’ordre qui ont répondu par des tirs en l’air et des jets de gaz lacrymogène. Un policier a été légèrement blessé au pied droit et une voiture a été incendiée. Une source policière a annoncé l’interpellation de 20 personnes tandis que l’opposition parle d’une cinquantaine d’interpellations.

Ici aussi, l’objectif reste le même : empêcher la candidature d’Ali Bongo Ondimba, élu en 2009 après la mort de son père Omar Bongo. Pour les leaders de l’opposition, le président gabonais serait un enfant originaire du Biafra, au Nigeria, qu’Omar Bongo aurait adopté dans les années 60. Ce qui, selon la Constitution gabonaise le rendrait inéligible.

Pour rappel, le ministre gabonais de l’Intérieur a remis vendredi, la liste électorale au président de la Cenap. Au total, 628.124 électeurs seront convoqués aux urnes le 27 août 2016 pour un scrutin à tour unique et à la proportionnelle.

Voir plus