Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Web

web

Cape Town, candidate à l'organisation des "Gay Games" 2022

Cape Town, candidate à l'organisation des "Gay Games" 2022

Afrique du Sud

Cape Town pourrait bien être l’organisatrice de la 11e édition des “Gay Games” qui se tiendra en 2022. Le Cap a posé sa candidature face à dix autres villes dont Hong Kong, Tel Aviv et Los Angeles pour accueillir cet événement sportif de référence en matière de défense de la cause LGBT (Lesbienne, Gay, Bisexuel et Transsexuel).

C’est la Fédération internationale des Gay Games (FGG) qui a annoncé la candidature de l’Afrique du Sud sur son site dédié, affirmant que “la lettre d’intention ainsi que les frais pour le processus d’appel d’offres pour les XIe Gay Games de 2022” avaient été déposés.

Une initiative qui selon David Killian de la FGG, aura un bel “impact en termes de culture, de sport, d‘économie, d’histoire. Mais le plus important, c’est qu’il favorisera l‘égalité et les questions pour les droits des LGBT.

Les “Gay Games” ont débuté en 1982 avec 1350 participants. Tous comme les Jeux olympiques, ils se déroulent tous les quatre ans. Aussi, ils sont ouverts à tous les athlètes sans distinction d’orientation sexuelle, d‘âge, de niveau sportif, de religion ou encore de nationalité. En 2018, Paris, la capitale française, prêtera ses terres pour les Xe Gay Games.

La candidature sud-africaine à ces Jeux n’est que la suite logique pour un pays qui a toujours voulu se positionner comme un promoteur des principes fondamentaux des homosexuels. En 2008 déjà, le pays accueillait l’Assemblée générale de la FGG, justement dans la ville du Cap. En 2015, une équipe de rugby – le sport le plus populaire en Afrique du Sud – spécialement composée de personnes gays, a vu le jour en Afrique du Sud.

>>> LIRE AUSSI : La fille de Desmund Tutu fait son choix entre la prêtrise et son mariage homosexuel

Ce n’est donc pas un hasard d’autant que le pays bénéficie d’une des constitutions les plus progressistes au monde. Même si la réalité sur le terrain est bien loin de la loi.

En Afrique, en général, l’homosexualité reste un tabou, parfois même un “crime” qui est fortement réprimé. Sur les 55 pays que compte le continent, 34 l’ont strictement interdite. Au Soudan, dans le nord de la Somalie et dans le nord du Nigeria, par exemple, les homosexuels sont punis de la peine de mort.

Voir plus