Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Web

web

République centrafricaine : encore des abus sexuels sur mineurs

République centrafricaine : encore des abus sexuels sur mineurs

République Centrafricaine

En République centrafricaine, deux nouveaux cas d’abus sexuels présumés de mineurs par des Casques bleus ont été rapporté par l’Organisation des nations unies ce vendredi.

Selon le porte-parole de l’ONU, Stéphane Dujarric, les accusations datent de mai et les agressions présumées se seraient produites dans la région centrale de Kemo.

Dans un rapport de 2015, 22 cas d’abus sexuels avaient été commis en République centrafricaine. Un chiffre qui représente un tiers des abus sexuels (69) commis jusque-là par les 16 missions onusiennes à travers le monde.

Pour combattre ce fléau, l’ONU avait nommé Jane Holl Lute, une américaine chargée « d’améliorer la réponse des Nations unies face à l’exploitation sexuelle et aux abus sexuels ».

Gênée par ces accusations, l’organisation onusienne, avait décidé de prendre des sanctions contre les soldats « coupables de ses abus ». C’est ainsi qu’un contingent de casques bleus venus du Congo et de République démocratique du Congo, avaient été rapatriés dans leurs pays d’origine.

>>> LIRE AUSSI : RCA : Des casques bleus de nouveau accusés d’abus sexuels en RCA

Le 21 janvier dernier, une équipe de chercheurs de Human Right Watch avait demandé que des soins médicaux et psychosociaux soient prodigués aux victimes.

La plupart du temps, ces allégations d’abus concernent les mineurs qui seraient des « proies faciles » pour les soldats. Le moyen d’influence ou d‘échange est soit la nourriture, qui est véritablement un luxe dans les zones de conflits, ou de l’argent pour se procurer d’autres biens.

Le Représentant spécial du Secrétaire général de l’ONU en République centrafricaine, par ailleurs, chef de la Munisca, Parfait Onanga-Anyanga, avait adressé un message de « tolérance zéro » envers tout soldat onusien qui serait impliqué ou dont la responsabilité serait avérée dans un cas d’abus sexuel.

Car, selon lui, «  Les abus sexuels constituent une atteinte grave aux règles des Nations unies et une violation des droits de l’homme », mieux, « un double crime qui affecte les femmes et les enfants vulnérables », avait-il conclu.

Environ 10.000 hommes composent la Minusca. Leur mission est d’aider le gouvernement à restaurer la paix sociale, car ce pays fait face à trois ans de violences inter-communautaires.

Voir plus