Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Web

web

Moise Katumbi adresse un message à Kabila via Twitter

Moise Katumbi adresse un message à Kabila via Twitter

République démocratique du Congo

Ce 30 juin marque la célébration de l’accession à l’indépendance de la République démocratique du Congo. Pendant que le pays baigne dans une crise politique, un de ses « fils », Moise Katumbi ne pourra pas prendre part aux festivités.

D’abord parce qu’il est à l‘étranger pour des raisons de santé, mais aussi, il a été récemment condamné par un tribunal de Lumubashi à 36 mois de prison ferme dans une affaire d’expropriation d’immeuble.

Alors c’est sur Twitter que ce dernier s’est adressé à ses compatriotes, produisant un communiqué. S’il est « heureux » de rendre hommage à ses sœurs et frères congolais ; il est clair que l’homme politique congolais à soif de certaines vérités à son sujet.

Pour lui, cette affaire de « mercenaires imaginaires » et l’ « affaire immobilière inventée de toutes pièces » sont des montages grossiers qui visent à empêcher sa candidature à la présidentielle et nuire à sa réputation. Il envoie pour preuve, « les charges retenues, le déroulé et la durée du procès », qui « illustrent encore une fois la triste et inacceptable instrumentalisation de notre justice ».

Moise Katumbi n’a fait de cadeau à Joseph Kabilé dans son communiqué. Il s‘étonne de ce que le président Kabila soit indifférent face à «  la crise politique, économique et sociale » dans laquelle le « pays reste plongé ».

«  Lors de son discours à la nation du 29 juin 2016, le Président Kabila avait le devoir d’apporter des réponses claires aux questions politiques, économiques et sociales les plus urgentes et qui affectent l’ensemble de la population (…). Il avait l’opportunité d’ouvrir une nouvelle ère de notre pays en apportant notamment des garanties concrètes à l’organisation de l‘élection présidentielle en 2016, conformément à notre constitution. », regrette l’opposant congolais.

Joseph Kabila, selon la constitution de la RDC ne peut pas se représenter aux prochaines élections du 19 décembre 2016. Mais jusque-là, il entretient « une omerta » sur le respect du calendrier, et sur sa non-participation.

«  Il avait l’obligation de rassurer sur son départ le 19 décembre 2016 et sur la convocation de l‘élection par la Commission électorale nationale indépendante d’ici le 20 septembre 2016. Cette opportunité ratée et le flou entretenu par ce discours risquent au contraire d’enfoncer notre pays dans une crise plus grave. », s’inquiète le richissme homme d’affaire.

Moise Katumbi, n’a pas l’intention de céder, il rassure ses compatriotes sur sa détermination à poursuivre avec eux le combat pour «  le respect de la Constitution, la réalisation de l’alternance démocratique, l’instauration de l’Etat de droit (…) » au grand dam de l’actuel chef d’Etat congolais.

Il finit son communiqué par un message ferme et intransigeant : «  Le 20 décembre 2016, Joseph Kabila ne dirigera plus la RDC. Il lui revient d’assurer une alternance démocratique, pacifique et transparente dans le strict respect des délais constitutionnels. Notre pays retrouvera ainsi la voie de l’espoir, de la démocratie et de la prospérité.»

Joseph Kabila a passé 15 ans à la tête de la RDC. Il a accédé au pouvoir à la mort de son père Laurent Désiré Kabila en janvier 2001.

Voir plus