Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Somalie : un journaliste aveugle se dresse contre l'insécurité à Mogadiscio

Somalie : un journaliste aveugle se dresse contre l'insécurité à Mogadiscio

Somalie

Le journalisme est peut-être le plus beau métier du monde. Mais pas forcément en Somalie. Un pays en pleine guerre civile depuis 25 ans et où plusieurs reporters perdent la vie chaque année.

Des conditions d’exercice difficile qui n’intimident pourtant pas Abdifatah Hassan, bien qu’il soit aveugle. Il travaille depuis quatre ans dans une radio urbaine à Mogadiscio où il anime l’une des émissions politiques les plus célèbres de la capitale somalienne.

« J’ai pris la décision d‘être journaliste il y a plus de 10 ans, se rappelle-t-il. J’ai reçu l’aide de mes collègues sur le terrain et grâce aux efforts que j’ai moi-même réalisés, je suis devenu un journaliste professionnel ».

Le gouvernement somalien soutenu par l’Union africaine et la communauté internationale continue à faire face à l’insurrection islamiste des Shebab. Dans ces conditions, la prise en charge des personnes handicapées est particulièrement limitée. Les individus sont souvent contraints de s’appuyer sur le réseau familial pour s’en sortir au quotidien.

Pour ses collègues cependant, Hassan jouit d’une grande indépendance et n’a presque besoin de personne pour faire son travail. « Je connais Abdifitah depuis un certain nombre d’années maintenant. C’est un journaliste très talentueux et respecté dans la corporation. Il couvre des événements sans problème et il est très ponctuel, sans l’aide de personne », confie l’un d’entre eux.

Les Shebab ont été délogés de Mogadiscio en 2011 par les forces africaines, mais la capitale somalienne connaît toujours quelques problèmes d’insécurité. « Les journalistes somaliens sont confrontés à de nombreux défis dans l’exercice de leur fonction, souligne Abdirahman Omar de l’Association des journalistes somaliens. Le principal d’entre eux est tout simplement la mort lorsqu’ils sont en train de couvrir des événements comme des attentats. L’année dernière seulement cinq confrères ont perdu la vie. Mais il y en a toujours qui sont prêts à prendre ce risque. »

La Somalie est classée 172e sur 180 dans le classement 2015 de l’ONG Reporter sans Frontières en matière de liberté de la presse.

Voir plus