Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Kenya : une plateforme d'information de crise met en garde contre les discours haineux

Kenya : une plateforme d'information de crise met en garde contre les discours haineux

Kenya

La plateforme d’information de crise Ushahidi, met en garde contre les ‘‘discours de haine’‘ ou ‘‘discours dangereux’‘ utilisés par des personnalités kényanes comme un outil de campagne, une tendance inquiétante compte tenu de l’histoire électorale mouvementée du pays. Un rapport qui fait suite à l’arrestation la semaine dernière de huit hommes politiques kényans, accusés d’utilisation de discours haineux.

Les tensions se font croissantes au Kenya depuis l’arrestation de huit personnalités politiques de l’opposition et proches du pouvoir suite à la propagation de prétendus discours haineux, à plus d’un an de la présidentielle et après plusieurs semaines de manifestations meurtrières.

Les mis en cause ont été conduits devant la cour par la police qui déclare avoir été alertée sur des ‘’ remarques teintées de haine ethnique, de calomnie et à la frontière de l’incitation a la haine raciale.”

Après avoir mené des enquêtes et études sur le terrain, les analystes de la plateforme Ushahidi (plate-forme en ligne développée en 2008 pour suivre la violence postélectorale au Kenya) ont fait état d’une tendance inquiétante du tribalisme et de l’incitation a la haine tribale en particulier sur les réseaux sociaux. Daudi Were en est le PDG.

“ Les principaux auteurs de discours dangereux en ligne ne sont pas des blogueurs kényans anonymes qui se cachent derrière leurs ordinateurs, ce sont est généralement des gens très importants, des élus, des membres des professions très en vue, des gens qui utilisent essentiellement leur nom réel et ne ressentent pas le besoin de cacher leur identité en délivrant ses discours dangereux”.

Le Kenya se prépare a aller aux urnes en aout 2017 dans une course qui devrait opposer le président Uhuru Kenyatta, un Kikuyu, le plus grand des quelque 40 groupes ethniques du Kenya , à Raila Odinga, un Luo, un autre groupe ethnique majeur. Les parlementaires, les gouverneurs et les assemblées de comté seront également élus.

Plusieurs enregistrements et discours haineux sur internet de politiciens kényans en recherche de soutien continuent d‘être dispensés dans le pays. Des appels à la violence renouvelée dans la course électorale prévue pour août 2017, qui inquiètent au plus haut point.

“Cette situation est inacceptable au Kenya en 2016, 2017. Ce type de discours est inacceptable parce que ce qui est dangereux, c’est de se servir d’un discours de haine comme tactique de campagne, que si vous avez réellement donné des discours de haine, vous pouvez obtenir plus de votes. Et nous voulons réfuter cette théorie et non pas lui permettre d‘être une tactique de campagne légitime,” a déclaré Were.

Appels au discernement

La constitution de 2010 qui a cherché à remodeler les institutions et la politique nationale, garantit la liberté d’expression, mais interdit expressément l’incitation ethnique ou ‘‘discours haineux’‘. Lors d’une récente visite en Belgique, le président kényan a dit qu’il ne permettrait pas au Kenya de se retrouver divisé sur des lignes tribales.

“Les problèmes que nous avions en 2007 n‘étaient pas que le peuple kényan ne voulait pas vivre ensemble dans la paix et l’harmonie, mais ce qui est arrivé est le résultat de déclarations incendiaires des politiciens qui ont conduit à des affrontements entre les communautés, entre les personnes qui vivent ensemble en tant que voisins et nous avons également une loi claire qui stipule que le discours haineux et incendiaire ne saurait être autorisé. Les déclarations qui opposent les communautés les unes aux autres, des déclarations qui opposent les Kényans les uns contre les autres, des déclarations qui inculquent la peur ou de la haine aux communautés ne seront pas autorisés, “avait-il déclaré.

Nombreux sont ceux des kényans appelant à la retenue et au calme et surtout, au respect de la constitution.” Le public devrait être sage et ne pas se tromper dans la façon dont ils mènent la lutte, comme c‘était en 2007, “ a déclaré Alfred Otieno.

“Je prie pour que nous ne retournions ou point où nous étions en 2007, ce que je peux dire, c’est que nous devons vivre en paix en tant que frères dans la solidarité. Qu’ils ne nous invitent à la violence, “ a déclaré Simon Kariuki.

Les huit hommes politiques ont été détenus pendant quatre jours avant de comparaître devant la cours où ils ont rejeté les accusations. Libérés sous caution, ils devront comparaitre de nouveau en juillet.

Voir plus