Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Burundi : réactions à la suite de l'interpellation d'écoliers

Burundi : réactions à la suite de l'interpellation d'écoliers

Burundi

Au Burundi, les groupes de défense des droits de l’Homme et des enfants exigent la libération des cinq écoliers toujours en détention près de vingt jours après leur arrestation.

Les onze enfants ont été interpellés le 03 juin dernier, pour avoir gribouillé sur des photos du président Pierre Nkurunziza dans leurs livres de classe. De nouvelles arrestations qui portent à plusieurs centaines, le nombre d’enfants interpellés à ce jour.

‘‘Aujourd’hui, nous comptons 668 écoliers qui ont été interpellés pour avoir gribouiller la photo du chef de l‘État. (…) Mais ces écoliers se trouvent dans des endroits éparpillés. Aujourd’hui, la question qui se pose c’est par rapport aux sanctions qui sont appliquées à ces écoliers’‘, s’est exprimé Jacques Chimirimana, président de la fédération nationale des associations engagées dans le domaine de l’enfance au Burundi (FENADEB).

Plusieurs parmi ces écoliers ont été libérés, alors que d’autres restent détenus dans diverses villes du pays. La plupart d’entre eux, étant mineurs, et donc pénalement irresponsables, selon la FENADEB, malgré le délit commis.

‘‘Aux yeux de la loi pénale burundaise, gribouiller la photo du chef de l‘État, c’est un délit, ce n’est pas une infraction, ce n’est pas un crime, mais c’est un délit (…) Si la procédure judiciaire va jusqu’au bout, les enfants risquent la prison. D’ailleurs, il y en a 5 qui sont déja en prison’‘.

Six des onze lycéens détenus dans une prison du centre du pays ont été remis en liberté provisoire le 7 juin en attendant leur procès, tandis que les cinq autres, tous majeurs restent emprisonnés.

Une situation également dénoncée par l’ONG Human Rights Watch, qui a donné son point de vue sur la situation humanitaire qui prévaut dans ce pays.

Voir plus