Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Angola : le président sommé de retirer sa fille à la tête de la compagnie d'énergie de l'État

Angola : le président sommé de retirer sa fille à la tête de la compagnie d'énergie de l'État

Angola

Le militant angolais Rafael Marques réclame le retrait d’Isabel Dos Santos, la fille du président Eduardo Dos Santos, nommée Directrice de l’entreprise d‘énergie de l‘état en mars, la Sonangol. Marques accuse également le président Dos Santos, qui est au pouvoir depuis 1979, de corruption et de partage des contrats d‘État aux membres de sa famille.

Le président angolais, José Eduardo dos Santos arrivé au pouvoir en 1979, a nommé sa milliardaire de fille au poste de Directrice de la Sonangol en juin par décret présidentiel, confirmant ainsi son emprise sur le pouvoir dynastique dans le pays exportateur de pétrole.

Rafael Marques dénonce l’emprise familiale dans la gestion de l‘état. Trois plaintes ont jusqu’ici été déposées par l’activiste auprès du bureau du procureur général.

“Avec les questions de ressources nationales stratégiques, le président ne peut pas changer les lois comme il lui plaît. Il doit consulter le Parlement et il ne l’a pas fait, par conséquent les réformes de Sonangol approuvées par le président sont anticonstitutionnelles,” a-t-il déclaré.

Les ventes de pétrole représentent 95 % des recettes en devises de l’Angola, faisant de la Sonangol la principale source de financement de l‘État. Le pays est actuellement le premier producteur de pétrole en Afrique en raison de pannes d’approvisionnement causées par des attaques de militants dans le delta du Niger.

Mais pendant plus d’un an, la baisse des prix du pétrole a martelé l‘économie et le gouvernement de l’Angola est en pourparlers avec la Banque mondiale et le Fonds monétaire international pour une possible aide financière.

Marques a accusé Dos Santos d’octroyer des contrats lucratifs à sa femme et d’autres enfants, dont un contrat de plusieurs millions de dollars pour construire un nouveau siège pour le ministère des Finances à un moment où l‘économie est en difficulté.

“ Il y a donc un cas avéré de corruption ici, lorsque le président se sert des décrets, de son pouvoir, pour octroyer des contrats publics à sa famille, “ a déclaré Marques, qui a donné deux semaines au procureur général pour se pencher sur ses demandes relatives à la Sonangol et d’autres cas de corruption présumée.

“ Dans 15 jours, je vais retourner au bureau du procureur général pour chercher des réponses, non seulement pour ces trois premiers logements, mais aussi pour d’autres que j’ai déposé l’année dernière, plus tôt cette année et pour lesquels je n’ai pas encore eu de suite. Et puis, quand nous épuiserons ces recours, à juste titre, nous pourrons commencer à chercher des moyens pour empêcher le président de constamment empêcher la société de vivre par la primauté du droit, et pour entrave à la justice,” a-t-il déclaré.

Le 9 juin, un groupe d’avocats dirigé par David Mendes et Luis Nascimento a contesté la manière dont la nomination d’Isabela Dos Santos s’est faite, affirmant qu’elle allait à l’encontre des lois de la probité publique. Les avocats ont également présenté leurs préoccupations à la Cour suprême.

l’Union pour l’indépendance totale de l’Angola (UNITA), principal parti d’opposition du pays a demandé que le Parlement ouvre une enquête sur la gestion de cette société étatique.

Voir plus