Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Le défi des enfants réfugiés dans le monde

Le défi des enfants réfugiés dans le monde

Le défi majeur qu’est la crise actuelle des migrants rend les enfants réfugiés et migrants «invisibles» , selon l’Unicef.

De janvier à mai de cette année, le nombre d’enfants non accompagnés en provenance d’Afrique du Nord vers l’Europe a grimpé à 7000. Omar a quitté la Somalie à 16 ans, quand les Shabab ont tenté à plusieurs reprises de le recruter, en menaçant sa famille.

“Si nous restons en Somalie, c’est un problème. Si nous partons, c’est un autre problème ; dans mon village, les Shebab ont recruté tous les jeunes garçons pour travailler avec eux et ils vont tuer les gens”, fait savoir Omar.

Il est de la responsabilité de ces Etats de prendre soin de leurs enfants et de leur donner des opportunités.

Ce jeune homme n’est pas le seul dans ce cas. Dans d’autres pays, les jeunes d’Afrique de l’Ouest racontent les horreurs vécues pendant la migration.

“La route est très, très dangereuse. Nous avons vu des squelettes dans le sable. Il y avait beaucoup de soldats sur la route et certains aiment violer les jeunes filles”, dit un réfugié originaire du Nigeria.

Pour cet autre venu du Ghana, “nous venons de Tripoli, très affaiblis. Mais vous savez, ils (les Libyens) vous traitent comme un animal. J’ai eu un ami ici. Ils ont tiré sur son bras. Vous comprenez ? Ils vous frappent avec leur pistolet.”

L’Unicef a mis en garde ces enfants, confrontés à des risques accrus de violence, d’exploitation et de traite et fait appel à leur pays d’origine pour traiter les causes profondes de la migration.

“Il est de la responsabilité de ces Etats de prendre soin de leurs enfants et de leur donner des opportunités. Donc, notre message est à toutes les autorités et les pays européens qui les ont reçus. Il faut lutter contre les causes profondes de la raison pour laquelle ces enfants sont contraints de fuir. Tant que ces facteurs de migration continuent de croître en nombre; les conflits, l’extrême pauvreté, l’instabilité, l’insécurité… Ces facteurs vont continuer à pousser les gens à fuir. Personne ne veut quitter sa maison volontairement. Ce qui signifie un plus grand soutien pour les familles et les enfants, l‘éducation, les systèmes de santé, ce genre de services de base qui prend en charge un enfant et sa famille”, a martelé Sarah Crowe, porte-parole de l’Unicef pour les questions des réfugiés et pour les crises migratoires

Selon le Haut commissariat des Nations unies aux réfugiés (HCR), le monde compte maintenant plus de 65 millions réfugiés.